Pour Hillary Clinton, Julian Assange doit «répondre de ses actes»

Pour Hillary Clinton, Julian Assange doit «répondre de ses actes»© Stephen Yang Source: Reuters
L’ancienne secrétaire d’État Hillary Clinton lors d'un entretien au théâtre Beacon à New York, le 11 avril 2019 (image d'illustration).

Hillary Clinton, qui avait été très contrariée par les révélations de WikiLeaks la concernant durant la présidentielle de 2016, s'est montrée satisfaite de l'arrestation de Julian Assange, considérant que celui-ci devait répondre de ses actes.

Invitée à réagir à l'arrestation du lanceur d'alerte Julian Assange, l'ancienne candidate à l'élection présidentielle américaine Hillary Clinton s'est montrée plutôt satisfaite, déclarant simplement qu'il devait répondre de ses actes.

Elle a toutefois assuré qu'il ne s'agissait pas de «punir le journalisme», mais d'aider à lutter contre le piratage d'ordinateurs militaires visant à «voler des informations au gouvernement américain».

Le 12 avril, le fondateur de WikiLeaks a été arrêté à Londres après sept ans passés dans l’ambassade d’Equateur, qui a mis fin à son asile politique. Julian Assange  risque d’être extradé vers les États-Unis où il encourt jusqu’à cinq ans de prison.

Pour rappel, WikiLeaks a joué un rôle très important au cours de la présidentielle américaine de 2016, révélant de nombreux documents susceptibles d’avoir nui à la campagne d'Hillary Clinton.

WikiLeaks avait en effet publié des milliers de courriers électroniques privés incriminants et gênants piratés depuis des comptes du Comité national démocrate lors de la campagne électorale de 2016 et révélant une corruption et des malversations considérables de la part de la campagne Clinton. Beaucoup – et Hillary Clinton elle-même – estiment que ces fuites lui ont coûté la fonction suprême.

Hillary Clinton a profité de cette opportunité pour lancer une pique à l'endroit de la politique migratoire de Donald Trump : «Il est tout de même un peu ironique que Julian Assange soit le seul étranger que l’administration américaine veuille accueillir aux Etats-Unis.»

Interrogé par une journaliste dans le bureau ovale, le président américain a de son côté répondu : «Je ne sais rien à propos de WikiLeaks, ce n’est pas mon affaire.» Pourtant, lors d’un meeting à Wilkes-Barre en Pennsylvanie, le 10 octobre 2016, alors que WikiLeaks avait publié, le 22 juillet 2016, les courriers du parti démocracte de son adversaire Hillary Clinton, et principalement ceux du directeur de la campagne John Podesta, le même Donald Trump déclarait alors : «Wikileaks ? J’adore Wikileaks.»

Lire aussi : Quand le rapport Mueller accuse Wikileaks de faire le jeu de la Russie (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»