Donald Trump retourne (encore) sa veste concernant WikiLeaks (VIDEOS)

Donald Trump retourne (encore) sa veste concernant WikiLeaks (VIDEOS)© Nicholas Kamm Source: AFP
Le président américain Donal Trump s'adressant aux journalistes dans le bureau ovale le 11 avril 2019 (image d'illustration).

Donald Trump a réagi à l'arrestation du fondateur de WikiLeaks Julian Assange en prétendant ne pas savoir grand chose de cette organisation. Or, depuis 2010, le président américain s'est exprimé à de multiples reprises à son sujet.

Le président américain souffrirait-il d'amnésie ? Après l’arrestation le 11 avril de Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, dans l’ambassade équatorienne de Londres, Donald Trump semble, encore une fois, avoir des troubles de la mémoire. Interrogé par une journaliste dans le bureau ovale à propos de l’organisation, le 45e président des Etats-Unis a répondu : «Je ne sais rien à propos de WikiLeaks, ce n’est pas mon affaire.»

Reviennent alors les images de sa campagne électorale victorieuse de 2016. Lors d’un meeting à Wilkes-Barre en Pennsylvanie, le 10 octobre 2016, alors que WikiLeaks avait publié, le 22 juillet 2016, des courriers du parti démocracte de son adversaire Hillary Clinton, et principalement ceux du directeur de la campagne John Podesta, le magnat de l’immobilier déclarait : «Wikileaks ? J’adore Wikileaks.»

Début janvier 2017, juste avant sa prise de fonction, le natif du Queens reprend des citations de Julian Assange sur Twitter. «Julian Assange a déclaré "un jeune de 14 ans aurait pu hacker Podesta" Pourquoi le Comité national démocrate a-t-il été si négligeant ?», peut-on lire sur son compte. Une déclaration qui suivait l’interview de Julian Assange par Sean Hannity sur Fox News. Le même jour, le président avait également tweeté : «"@FoxNews : Julian Assange sur la couverture médiatique américaine : "c’est très malhonnête. " #Hannity "Plus malhonnête que quiconque le sait.»

Très critiqué pour ses messages jugés favorables à Julian Assange, Donald Trump tenta alors de s’éloigner du fondateur de WikiLeaks dès le lendemain, toujours sur le même réseau social. «Les médias malhonnêtes aiment dire que je suis en accord avec Julian Assange – c’est faux. Je répète ce qu’il dit, et je le fais pour que les gens se fassent leur propre opinion de la vérité. Les médias mentent pour faire croire que je serai contre [les services de renseignement] alors qu’en fait j’en suis un grand fan !», déclare-t-il le 5 avril 2017. 

Une fois installé à la Maison Blanche, Donald Trump prend résolument ses distances avec WikiLeaks, comme, du reste, toute son administration. Récemment, le 20 novembre 2018, des journalistes demandaient à Donald Trump si Julian Assange devrait être libre. Réponse : «Je ne sais rien de lui. Vraiment je ne sais pas grand-chose de lui. Vraiment pas.»

Je t’aime moi non plus

Mais ce n’est pas la première fois que Donald Trump change d’avis sur le sujet. En décembre 2010, interviewé dans l’émission radiophonique Kilmeade & Friends, diffusé sur Fox News, il avait qualifié WikiLeaks de «scandaleux», réclamant «la peine de mort ou quelque chose du genre» pour ses fondateurs. 

Il réagissait aux révélations du Cablegate – 250 000 télégrammes de la diplomatie américaine avaient été rendus publics. Plus tôt dans l’année, en juillet 2010, l’organisation fondée en 2006 s’était fait connaitre du grand public en diffusant, The Afghan War Diary, agrégat de 91 000 documents militaires américains sur la guerre en Afghanistan. Wikileaks avait répété l’opération le 23 octobre 2010 avec la mise en ligne de 391 832 documents secrets sur la guerre en Irak, révélant la mort de plus de 65 000 civils ainsi que le recours à la torture dans différents centres de détention. 

D’après le département américain de la Justice, qui a publié un communiqué ce 11 avril, le ressortissant australien de 47 ans risque «un maximum de 5 années de prison» pour piratage informatique, dans le cadre du «Computer Fraud and Abuse Act».

Alexis Le Meur

Lire aussi : Qui est Julian Assange ? Retour sur le parcours du lanceur d'alerte fondateur de WikiLeaks

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»