A Moscou, Erdogan rappelle que la Turquie ne renoncera pas à l'achat de S-400 russes

A Moscou, Erdogan rappelle que la Turquie ne renoncera pas à l'achat de S-400 russes© Sputnik/ Alexei Nikolsky/ Kremlin Source: Reuters
Le président russe Vladimir Poutine et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan tiennent une conférence de presse à Moscou, le 8 avril 2019.

Ce 8 avril, le président russe Vladimir Poutine a reçu son homologue turc Recep Tayyip Erdogan. Au cœur de la discussion figuraient les livraisons de systèmes antimissiles russes S-400 à Ankara, dénoncées par Washington.

En visite ce 8 avril à Moscou, Recep Tayyip Erdogan a été reçu par son homologue russe Vladimir Poutine. Lors d'une conférence de presse conjointe, le président turc a réitéré la ferme volonté de la Turquie d’acquérir des systèmes de défense antimissiles russes S-400, et cela malgré les injonctions américaines. Washington avait en effet annoncé le 1er avril la suspension de toutes les livraisons d'équipements liées aux avions de chasse américains F-35 à la Turquie pour dissuader Ankara de se procurer le système de défense russe.

«Il s'agit en premier lieu d'achever la réalisation du contrat sur la livraison en Turquie des systèmes de défense antiaérienne S-400», a souligné Recep Tayyip Erdogan. «D'autres projets prometteurs liés à la livraison à la Turquie des équipements russes à destination militaire figurent également à l'ordre du jour», a-t-il ajouté.

Nous sommes des Etats souverains, donc nous ne permettrons à personne d’enfreindre notre souveraineté

Le président turc a également déclaré : «Nous sommes des Etats souverains, donc nous ne permettrons à personne d’enfreindre notre souveraineté, sinon nous ne serions pas des Etats indépendants, des nations indépendantes.»

Plus tôt, le vice-président américain Mike Pence, lors d’une conférence organisée à l’occasion d’une réunion des ministres des Affaires étrangères des pays membres de l’OTAN, avait déclaré que l’achat par la Turquie des systèmes de missiles anti-aériens russes S-400, dont la livraison devrait commencer cet été, préoccupait gravement les Etats-Unis et menaçait l’unité de l’OTAN. Il avait en outre exhorté la Turquie à faire un choix. «La Turquie doit choisir : veut-elle rester un partenaire crucial de la meilleure alliance militaire de l'histoire, ou mettre en péril la sécurité de ce partenariat par des décisions irréfléchies qui sapent notre alliance ?»

Lire aussi : La Russie pense conclure d'ici la fin de l'année un contrat de livraison de batteries S-400 à l'Inde

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»