Routes bloquées, Gilets jaunes, lycées paralysés : la délicate visite de Macron en Corse

Routes bloquées, Gilets jaunes, lycées paralysés : la délicate visite de Macron en Corse© PASCAL POCHARD-CASABIANCA Source: AFP
Des personnes tiennent des drapeaux corses alors que des gendarmes bloquent la route menant vers le village de Cozzano où est attendu Emmanuel Macron dans le cadre du Grand débat national, le 4 avril 2019.

Le chef de l’Etat est arrivé ce 4 avril à Cozzano, en Corse-du-Sud, ultime étape du grand débat national. Comme pressenti, son arrivée sur l’île de Beauté a engendré de nombreux mouvements de protestations dont une opération «Ile morte».

Inscrite dans le cadre du grand débat national, la visite d’Emmanuel Macron ce 5 avril en Corse est loin d’être passée inaperçue. En prévision de son arrivée, un important dispositif de sécurité a été déployé très tôt à l'aéroport d'Ajaccio. Les forces de l’ordre ont été également fortement mobilisées à Cozzano, village choisi pour accueillir ce débat. Elles ont notamment procédé au blocage de la route, à l'embranchement du village, où se situait un petit groupe de Gilets jaunes.

 

Cet important déploiement sécuritaire est le signe manifeste d'une situation tendue sur le plan politique. A l'appel des nationalistes et de plusieurs syndicats, une action «Isula Morta [Ile morte]» a en effet été lancée, en réponse notamment à l’inflexibilité d’Emmanuel Macron sur l'autonomie fiscale. L’initiative a été suivie dès la matinée dans plusieurs localités de l’île de beauté, à l'image de Saint-Florent, où des commerçants ont baissé rideau pour marquer leur adhésion au mouvement de protestation.

A Ajaccio, plusieurs lycées ont été bloqués par les élèves. Parmi les revendications soulevées par les protestataires figure la co-officialité de la langue corse. Son adoption, rejetée par l’exécutif, rendrait obligatoire son usage dans les services publics et son enseignement jusqu’en terminale.

Comme le rapporte Corse Matin, l'axe routier menant à la cité scolaire de Prunelli di Fiumorbu (Haute-Corse) a été bloqué par des palettes et des pneus incendiés.

Enfin, pour faire entendre leurs revendications, plusieurs manifestants ont brandi des drapeaux corses au cours des divers rassemblements. L'un d'entre eux a été accroché sur les grilles de la préfecture d'Ajaccio. 

Lire aussi : 6% des Français pensent que le grand débat national est un succès

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»