Souveraineté sur le plateau du Golan : l'Iran accuse les Etats-Unis de «colonialisme»

Souveraineté sur le plateau du Golan : l'Iran accuse les Etats-Unis de  «colonialisme»© HO / Iranian Presidency Source: AFP
Le président iranien Hassan Rohani prend la parole lors d'une cérémonie célébrant le 40e anniversaire de la Révolution islamique sur la place Azadi (Liberté) de Téhéran, le 11 février 2019 (image d'illustration).

Au lendemain de la décision du président américain de reconnaître la souveraineté d'Israël sur la partie annexée du plateau syrien du Golan, le président iranien a accusé son homologue américain de «colonialisme».

Ce 26 mars, le président iranien Hassan Rohani a accusé Donald Trump de «colonialisme» après la décision du président américain de reconnaître la souveraineté d'Israël sur la partie annexée du plateau syrien du Golan. Le 25 mars, le locataire de la Maison Blanche a en effet signé un décret en ce sens, confirmant l'annonce faite par son vice-président plus tôt dans la journée à la réunion annuelle de l'American Israel Public Affairs Committee (Aipac).

Personne n'aurait cru qu'un homme viendrait en Amérique et remettrait, de façon unilatérale et contre toutes les lois et règles internationales, une terre appartenant à un pays à un agresseur

«A un certain moment de l'histoire, du temps du colonialisme, certaines puissances coloniales ont fait de telles choses, ont attribué des parties d'un pays à un autre [...] mais cela est sans précédent à notre siècle», a-t-il déclaré, comme le rapporte le site internet du gouvernement.

«Personne n'aurait cru qu'un homme viendrait en Amérique et remettrait, de façon unilatérale et contre toutes les lois et règles internationales, une terre appartenant à un pays à un agresseur», a ajouté Hassan Rohani au cours d'une réunion à laquelle participaient des conseillers et des ministres, selon la même source.  

La signature de ce décret controversé a eu lieu alors que le Premier ministre israélien était en visite aux Etats-Unis et s’inscrit dans un contexte de campagne électorale en Israël. Benjamin Netanyahou a déclaré que son pays «ne renoncerait jamais» à la majeure partie du Golan syrien conquis par l'Etat hébreu lors de la guerre des Six Jours en 1967, avant de l'annexer en 1981. Une annexion qui n'a jamais été reconnue par la communauté internationale.

Lire aussi : Trump reconnaît la souveraineté d'Israël sur le Golan en présence de Netanyahou
 

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»