Le Venezuela plongé dans le noir pour la 2e fois en un mois, le gouvernement déplore une «attaque»

Le Venezuela plongé dans le noir pour la 2e fois en un mois, le gouvernement déplore une «attaque»© Juan BARRETO Source: AFP
A Caracas le 25 mars 2019 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

Le Venezuela a de nouveau été touché par une gigantesque panne d'électricité. La capitale, ainsi que de nombreuses grandes villes ont été concernées. Le gouvernement vénézuélien a notamment dénoncé un complot «impérialiste».

La capitale du Venezuela et d'autres grandes villes du pays sont de nouveau plongées dans le noir depuis la matinée du 25 mars. A l'instar de la précédente panne massive du début du mois, le gouvernement l'a imputée à une «attaque» contre la principale centrale du pays.

En fin de journée, l'électricité est progressivement revenue dans certains quartiers de la capitale, avant d'être de nouveau coupée peu avant 22h, attestant de la grande fragilité du réseau. D'autres localités en province sont encore privées de courant, y compris les grands centres urbains.

Nous avons été victimes d'une attaque contre le système de production et de distribution d'électricité et plus précisément contre la centrale de Guri

La vice-présidente du pays, Delcy Rodriguez, a dénoncé à ce sujet un complot «impérialiste». «Nous avons été victimes d'une attaque contre le système de production et de distribution d'électricité et plus précisément contre la centrale de Guri», dans le Sud, a également accusé à la télévision le ministre de l'Information, Jorge Rodriguez. Cette centrale, qui fournit selon le gouvernement environ 80% de l'électricité du Venezuela, avait déjà été mise en cause lors de la panne du 7 mars.

Le président par intérim autoproclamé le 23 janvier et soutenu par les Etats-Unis, Juan Guaido, a lui affirmé que cette nouvelle panne était due à une «surcharge de certains transformateurs» du réseau, citant «des fonctionnaires de Corpoelec», la compagnie publique d'électricité.

Outre la capitale, au moins 17 des 22 Etats vénézuéliens abritant les grandes villes du pays ont été touchés, selon un bilan effectué par l'AFP grâce aux messages affluant sur Twitter, accompagnés du mot-dièse #SinLuz (#SansLumière).

Maduro avait accusé les Etats-Unis d'être responsable de la précédente panne

Le pays se remet à peine de la panne généralisée du 7 au 14 mars, qui a suspendu les communications, les transports publics, la distribution de l'eau et du carburant ainsi que les approvisionnements en nourriture, et créé une situation chaotique dans les établissements de soins.

Selon une étude du Parlement vénézuélien – dominé par l'opposition – et de l'ONG «Medicos por la Salud», seule la moitié des hôpitaux du pays sont équipés de générateurs. Les écoles et les administrations étaient restées fermées pendant sept jours et l'ensemble de l'économie, dont la production pétrolière, mise à l'arrêt. Le Venezuela est habitué aux pannes de courant, surtout en province, où elles peuvent durer plusieurs jours mais la situation s'est fortement détériorée depuis 2017 et les pannes se font plus fréquentes.

Le chef de l'Etat, Nicolas Maduro, avait annoncé la création d'une «commission d'enquête présidentielle» présidée par la vice-présidente Delcy Rodriguez pour enquêter sur la panne du 7 mars. Il avait l'intention de solliciter l'aide des Nations Unies, de la Chine et de la Russie. «On a des preuves qu'il s'agissait d'une cyberattaque menée depuis Houston et Chicago» aux Etats-Unis, avait-il insisté en désignant le Pentagone – le ministère américain de la Défense – comme le «commanditaire».

Lire aussi : Venezuela : Washington sanctionne une banque russe pour son «soutien au régime illégitime» de Maduro

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix