Algérie : Bouteflika salue le pacifisme des manifestants et met en garde contre les «infiltrations»

Algérie : Bouteflika salue le pacifisme des manifestants et met en garde contre les «infiltrations»© Ryad Kramdi Source: AFP
Le président algérien Abdelaziz Bouteflika, le 23 novembre 2017 à Alger.

Dans un message lu par la ministre algérienne des Télécommunications, le président Bouteflika a salué le caractère pacifique des manifestations qui ont eu lieu en Algérie contre lui et le cinquième mandat qu'il briguera lors des élections de mai.

Le président algérien Bouteflika a salué, ce 7 mars, le caractère pacifique des marches populaires enregistrées ces derniers jours à travers différentes régions du pays contre sa candidature à un cinquième mandat. Il a aussi souligné la maturité des citoyens, notamment les jeunes, rapporte l’agence officielle d'information algérienne Algérie presse service (APS).

A l’occasion de la célébration de la Journée internationale de la femme qui sera célébrée le 8 mars, le président Bouteflika a communiqué un message, lu en son nom par la ministre de la Poste, des Télécommunications, des Technologies et du Numérique, Houda-Imane Feraoun : «Nous avons enregistré, il y a quelques jours, la sortie de nombre de nos concitoyens et concitoyennes, à travers les différentes régions du pays, afin d’exprimer pacifiquement leurs opinions, et nous nous félicitons de cette maturité de nos concitoyens, y compris de nos jeunes, et du fait que le pluralisme démocratique, pour lequel nous avons tant milité, soit désormais une réalité palpable.»

Après ces paroles teintées d'apaisement, Abdelaziz Bouteflika a tenu à mettre en garde ses concitoyens contre toute manipulation. Il a ainsi appelé à la vigilance et à la prudence contre «une éventuelle infiltration de cette expression pacifique par une quelconque partie insidieuse, interne ou externe, qui pourrait, qu’Allah nous en préserve, susciter la Fitna [la sédition] et provoquer le chaos avec tout ce qu’ils peuvent entraîner comme crises et malheurs», a averti le président algérien.

Rappelant les épisodes forts de l'histoire de son pays, Abdelaziz Bouteflika a évoqué la colonialisme et la décennie noire qui a vu périr 200 000 Algériens dans les années 1990. «L’Algérie a payé le prix fort pour le recouvrement de son indépendance et sa liberté et notre peuple a payé un lourd et douloureux tribut pour en préserver l’unité et le rétablissement de sa paix et stabilité, après une tragédie nationale sanglante», a-t-il rappelé. Il a en outre exhorté l’ensemble du peuple algérien, «et en premier lieu les mères, à veiller à la préservation de l’Algérie, en général, et de ses enfants, en particulier».

Il a invité les femmes algériennes «à demeurer aux premiers rangs de ce combat pacifique, le combat de la protection de la patrie, de la préservation de ses enfants, autrement dit le combat de l’Algérie».

La contestation de la candidature d’Abdelaziz Bouteflika à un cinquième mandat se poursuivra en Algérie le 8 mars. Après avoir réalisé une véritable démonstration de force le 1er mars, les opposants au chef de l’Etat algérien comptent amplifier le mouvement et faire de la journée internationale des femmes une journée «historique» en Algérie.

Lire aussi :Troll : l'hôpital de Genève assailli d'appels d'Algériens à la recherche de Bouteflika (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter