Paris «veut réaffirmer la souveraineté du peuple algérien», assure un ministre français

Paris «veut réaffirmer la souveraineté du peuple algérien», assure un ministre français© Ramzi Boudina Source: Reuters
Des étudiants manifestent contre la candidature d'Abdelaziz Bouteflika, le 3 mars 2019, sur le campus d'une université d'Alger.

Face aux manifestations en Algérie, la France fait preuve de prudence. Le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume s'est toutefois risqué à une analyse de la crise déclenchée par la candidature d'Abdelaziz Bouteflika à sa propre succession.

Ce 3 mars, sur le plateau de CNews et à l'antenne d'Europe 1, dans le cadre de l'émission Le Grand Rendez-vous, le ministre français de l'Agriculture Didier Guillaume a commenté le mouvement de contestation croissant en Algérie à la candidature du président Abdelaziz Bouteflika pour un cinquième mandat. «La France veut réaffirmer la souveraineté du peuple algérien», a-t-il affirmé, rappelant en même temps que Paris «sui[vait] de très près ce qui se pass[ait] en Algérie». 

Ca ressemble à ce qui s'est passé dans d'autres pays que ce soit la Tunisie, que ce soit l'Egypte

Si la France, ancienne puissance coloniale, s'est montrée discrète sur le sujet, Didier Guillaume s'est pourtant risqué à comparer la situation en Algérie à celle des pays du Maghreb touchés par le «printemps arabe» à partir de 2011. «Ca ressemble à ce qui s'est passé dans d'autres pays que ce soit la Tunisie, que ce soit l'Egypte», a ainsi jugé Didier Guillaume. 

Ce 3 mars, Abdelaziz Bouteflika, président algérien sortant, doit annoncer sa candidature. La perspective de la reconduite au pouvoir du chef d'Etat, qui vient juste de fêter ses 82 ans et souffre des séquelles d'un accident vasculaire cérébral (AVC) depuis 2013, a provoqué des manifestations massives en Algérie. Deux jours plus tôt, le 1er mars, pour le deuxième vendredi d'affilée, des dizaines de milliers d'Algériens sont descendus dans la rue pour exprimer leur mécontentement.

Dans ce contexte, le 2 mars, le directeur de campagne d'Abdelaziz Bouteflika Abdelmalek Sellal, 70 ans, a été remercié. Ce fidèle du président algérien, qui fut son Premier ministre, a été remplacé par Abdelghani Zaalane, ministre des Transports de 54 ans, haut fonctionnaire issu de l'administration préfectorale algérienne.

Lire aussi : «Pouvoir assassin !» : manifestation à Paris contre un cinquième mandat de Bouteflika (VIDEOS)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter