Le différend américano-russe ne devrait pas mener à une crise des missiles de Cuba, selon Poutine

Le différend américano-russe ne devrait pas mener à une crise des missiles de Cuba, selon Poutine© POOL Source: Reuters
Le président russe Vladimir Poutine.

Si la tension monte avec Washington sur un éventuel déploiement de missiles, le président russe estime qu'il n'y a pas de raison objective d'atteindre le paroxysme de la guerre froide. Mais il assure que Moscou se prépare au pire.

Face à des journalistes le 20 février, le président russe Vladimir Poutine a développé ses propos tenus un peu plus tôt devant l'Assemblée fédérale, concernant un éventuel déploiement de missiles américains et la réponse que Moscou y apporterait, suite à la sortie des Etats-Unis du traité INF.

Sans en écarter l'éventualité, le chef d'Etat s'est interrogé sur la logique qui mènerait à une situation similaire au paroxysme de la guerre froide, alors que le contexte est aujourd'hui très différent. «Y a-t-il aujourd'hui une confrontation idéologique dure, similaire à ce qu'il se passait durant la guerre froide ? Il n'y en a pas. Nous avons sans aucun doute des plaintes réciproques, des approches conflictuelles de certains problèmes, mais ce n'est pas une raison pour que la situation empire au niveau de la crise des Caraïbes du début des années 1960», a ainsi expliqué Vladimir Poutine, en employant le terme russe pour désigner la crise des missiles de Cuba, qui opposa John Fitzgerald Kennedy et Nikita Khrouchtchev en 1962.

Pour autant, Vladimir Poutine a insisté sur le fait que Moscou était préparé au pire. Le chef d'Etat a ainsi fait savoir que si un tel conflit devait avoir lieu, la Russie disposerait d'un avantage stratégique grâce à ses missiles hypersoniques «Avangard», plus rapides que ceux de l'arsenal de Washington. Il a également souligné la menace crédible que les sous-marins et les navires de guerre russes représenteraient pour les capacités de l'OTAN. «Avec la vitesse dont nous disposons, nous pouvons positionner nos navires loin des eaux territoriales, ou même dans la zone économique exclusive d'une certaine nation. Ils peuvent être dans les eaux internationales, loin dans l'océan. Personne ne peut empêcher un navire ou un sous-marin d'être là», a fait remarquer le président russe.

Interrogé par un journaliste sur la possibilité de mener des frappes préventives si Moscou venait à être menacée, Vladimir Poutine a souligné que la doctrine nucléaire russe actuelle excluait cette option. Il n'a en revanche pas souhaité clarifier sa remarque de «prendre pour cible les centres de décision» faite durant son adresse devant l'Assemblée fédérale, pour dire si elle impliquait de viser des sites militaires sur le sol américains. «La Russie sera contrainte de déployer des armements qui pourront être utilisés non seulement contre les territoires, d'où peut provenir une menace directe, mais aussi contre les territoires où se trouvent les centres de décision d'utilisation de missiles nous menaçant», avait déclaré le président russe, laissant ses propos libres à l'interprétation.

Lire aussi : Moscou prêt à déployer des missiles visant les USA si Washington positionne des missiles en Europe

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»