Accusée d'antisémitisme par Israël, la Pologne enterre un sommet de Visegrad prévu à Jérusalem

Accusée d'antisémitisme par Israël, la Pologne enterre un sommet de Visegrad prévu à Jérusalem© Justyna Pawlak Source: Reuters
Le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, en visite au musée de la famille Ulma, une famille polonaise qui a sauvé des juifs durant la seconde guerre mondiale, à Markowa en Pologne (image d'illustration).

Après des propos polémiques du chef de la diplomatie israélienne au sujet d'un antisémitisme supposément intrinsèque à la Pologne, Varsovie a retiré sa participation à un sommet du groupe de Visegrad prévu en Israël, annulant de fait la réunion.

Les relations diplomatiques entre Varsovie et Tel Aviv ne sont pas au beau fixe. La Pologne a en effet annulé sa participation au sommet du groupe de Visegrad (V4) qui devait se tenir en Israël, après une déclaration du ministre israélien des Affaires étrangères concernant l'antisémitisme supposé des Polonais. Le sommet, prévu ce 18 février, a finalement été reporté et remplacé par des discussions bilatérales.

Le Premier ministre tchèque, Andrej Babis, a ainsi annoncé que le sommet qui devait réunir quatre pays de l'Est de l'Europe – Hongrie, Pologne, Slovaquie et République Tchèque – à Jérusalem, était repoussé en deuxième partie d'année. Le V4 avait été invité par Benjamin Netanyahou à se réunir à ses côtés à Jérusalem. 

Deux polémiques coup sur coup déclenchées par les dirigeants israéliens

Deux controverses coup sur coup ont eu raison de cette rencontre sur la rive sud de la Méditerranée. Le 14 février, lors d'une conférence sur les questions de sécurité et de défense à Varsovie, le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou, avait allumé la mèche.

Des journalistes du Jerusalem Post, de Haaretz et du The Times of Israel ont rapporté des propos dans lesquels il évoquait la «collaboration» et la «coopération» des Polonais avec des nazis au cours de la Shoah. Dès le lendemain, Tel Aviv les a attribués à une erreur des médias pour dédouaner le chef de l'exécutif. Les propos polémiques ont été en outre démentis par l'ambassade d'Israël. Mais le Premier ministre polonais, Mateusz Morawiecki, courroucé, a informé le 17 février qu'il serait remplacé par son ministre des Affaires étrangères à la réunion du groupe de Visegrad.

Les Polonais tètent l'antisémitisme au sein de leur mère

Invité à réagir à cette première polémique sur la chaîne de télévision i24 News, le nouveau chef de la diplomatie de l'Etat hébreu nommé le jour même, Israël Katz, a précipité la crise entre les deux pays. Au lieu de chercher à désamorcer la controverse, il a au contraire confirmé que, selon lui, de nombreux Polonais avaient collaboré avec les nazis. Il a repris les propos de l'ancien Premier ministre israélien Yitzhak Shamir : «Les Polonais tètent l'antisémitisme au sein de leur mère.»

Le chef du gouvernement polonais a fait savoir le lendemain : «Nous attendons une réaction ferme aux paroles impardonnables et simplement racistes du nouveau ministre des Affaires étrangères d'Israël, c'est quelque chose qui ne peut pas être laissé sans réaction.» Lançant un ultimatum, il a prévenu que sans excuses, le ministre des Affaires étrangères ne serait pas dépêché aux réunions du V4, provoquant par là même l'annulation du sommet.

Cette nouvelle tension dans les relations diplomatiques entre la Pologne et Israël fait écho à une crise survenue en 2018 en raison d'une loi polonaise controversée, perçue en Israël et aux Etats-Unis comme une tentative implicite d'empêcher les survivants de l'Holocauste d'évoquer les crimes de Polonais à leur égard. La Pologne a fini par amender cette loi, destinée, selon elle, à défendre l'image du pays et des Polonais pendant la Seconde guerre mondiale. 

Lire aussi : La Pologne contrarie les Etats-Unis et Israël en promulguant une loi sur la Shoah

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»