Netanyahou confirme qu'Israël mène des frappes en Syrie pour «empêcher l'Iran de s'y implanter»

Netanyahou confirme qu'Israël mène des frappes en Syrie pour «empêcher l'Iran de s'y implanter»© Pool Source: Reuters
Le Premier ministre Israélien Benjamin Netanyahou visite une base militaire à Haïfa, le 12 février.

Alors que les deux Etats se menacent mutuellement, le Premier ministre israélien a reconnu que Tsahal menait des frappes en Syrie pour contrer l'influence de Téhéran. Il soutient que l'Iran veut s'y implanter pour s'en prendre à Israël.

«Nous agissons tous les jours, y compris hier, contre l'Iran et ses tentatives de s'implanter dans la région», a déclaré le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou le 12 février dans des propos rapportés par Haaretz, confirmant une attaque menée par Tsahal le 11 février dans la province syrienne de Qouneitra.

Le chef du gouvernement israélien accuse Téhéran de vouloir implanter des bases en Syrie afin de mener à l'avenir des attaques contre Israël. Les relations entre les deux Etats, généralement exécrables, traversent une période d'extrême tension, comme en témoigne les menaces réciproques qu'ils s'échangent. «L'Iran lance des menaces contre nous. À l'occasion du quarantième anniversaire de leur révolution, ils ont menacé de détruire Tel Aviv et Haïfa. J'ai dit qu'ils ne réussiraient pas et que s'ils essayaient, ce serait le dernier anniversaire qu'ils célèbrent», a fait savoir Benjamin Netanyahou dans son discours.

Une énième passe d'arme débutée le 21 janvier, lorsque le commandant de l'armée de l'Air iranienne avait déclaré que ses hommes étaient impatients «d'en découdre avec le régime sioniste» et de «l'éliminer de la surface de la Terre». Quelques jours plus tard, le 28 janvier, un haut responsable des Gardiens de la révolution avait renchéri, assurant que Téhéran éliminerait Israël de la «géographie politique du monde» si l'Etat hébreu faisait quoi que ce soit qui «mène à une nouvelle guerre». «Ce sera certainement [le type de guerre] qui aboutira à leur élimination, et les territoires occupés seront repris», avait ainsi déclaré le général Hossein Salami.

Mais en dépit de ces menaces, Téhéran n'a jamais réagi aux frappes israéliennes contre ses positions ou celles du Hezbollah en Syrie. Des attaques fréquentes, considérées comme des violations flagrantes de sa souveraineté par Damas, et contre lesquelles un responsable iranien a encore assuré le 6 février dernier que Téhéran aurait une «réaction écrasante et proportionnelle pour donner une leçon aux dirigeants israéliens menteurs et criminels».

Lire aussi : Quatre soldats syriens tués et six blessés dans des frappes israéliennes, selon la Défense russe

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»