Airbnb repense ses mesures de sécurité après le «viol» d'un ado par son hôte

Le site Airbnb© capture d'écran su site www.airbnb.fr
Le site Airbnb

Le service en ligne, qui permet aux particuliers de louer leur appartement, doit revoir ses procédures de sécurité après qu’un jeune américain de 19 ans a été séquestré et abusé sexuellement par son hôte transsexuel.

L’histoire est digne d’un film d’horreur. En voyage en Espagne, Jacop Lopez, 19 ans, avait loué une chambre dans un appartement à Madrid mais les choses ont tourné au cauchemar lorsque son hôte l’a enfermé, emportant la clé avec lui.

Dépouillé de ses possessions, Jacob a écrit à sa mère, qui se trouvait aux Etats-Unis en la suppliant de l’aider. Il n’a cependant pas eu le temps de lui communiquer son adresse, l’hôte ayant coupé la connexion internet.

Né homme, mais revêtant aujourd’hui l’apparence d’une femme, son hôte a ensuite essayé de l’embrasser à plusieurs reprises. Après avoir été repoussée, elle est sortie de la pièce pour se rendre dans la cuisine où elle a commencé à aiguiser des couteaux de cuisine. Effrayé à l’idée qu’elle puisse attenter à sa vie, Jacob aurait fini par céder aux avances sexuelles de son hôte.

C’est avec une histoire montée de toute pièces, selon laquelle des amis de Jacob connaissaient son adresse à Madrid et pourraient venir le chercher, que Jacob est parvenu à s’échapper. Sa mère avait pourtant essayé de l’aider en contactant Airbnb dans le but d’obtenir l’adresse à laquelle son fils résidait et de demander à Airbnb de contacter la police espagnole pour qu’elle puisse venir en aide à son fils.

Sans succès ! Les services administratifs d’Airbnb ont refusé de satisfaire à chacune de ses demandes, lui suggérant d’appeler elle-même la police espagnole. Chose qu’elle n’a pas pu faire en raison de problèmes de communication.

D’après Airbnb, il s’agit d’un cas unique. Durant ce même week-end, les 800 000 autres utilisateurs et clients du site n’ont signalé aucun incident. Mais cela n’empêche pas la société américaine de repenser ses procédures de sécurité.

«Nous comprenons que cet incident peut nous apprendre beaucoup et ainsi améliorer nos services», a déclaré au New York Times Nick Papas, porte-parole d’Airbnb. «Nous sommes en train de clarifier nos procédures de sorte que nos équipes soient obligées de contacter la police lorsqu’elles sont informées d’une situation d’urgence chez un de nos clients», a-t-il écrit dans un e-mail.

Alors que Jacob Lopez est rentré chez lui dans le Massachusetts, où il suit un traitement psychologique post-traumatique, sa famille a conseillé aux utilisateurs d’Airbnb de toujours laisser à ses parents ou amis leur adresse de séjour lorsqu’ils partent en vacances.

L’hôte, de son côté a démenti les accusations de Jacob, en affirmant qu’elles sont motivées par sa phobie des transsexuels et que l’acte sexuel a eu lieu avec son consentement.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales