Apple et Huawei au cœur de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine

Apple et Huawei au cœur de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et la Chine© JASON LEE Source: Reuters
Une femme passe devant un magasin vendant des articles Huawei et Apple à Pékin, en Chine, le 12 décembre 2018.

Le marché stratégique de la téléphonie est au centre des tensions commerciales opposant Pékin et Washington. Entre l'américain Apple et son concurrent chinois Huawei, tous les coups sont désormais permis.

Apple a réduit de cinq milliards de dollars ses prévisions de chiffre d'affaires pour le dernier trimestre de 2018. L'action en bourse de la marque à la pomme est en chute libre. Pour expliquer ses mauvais résultats, l'entreprise pointe le climat créé par les tensions commerciales opposant Pékin et Washington.

Depuis plusieurs mois, il est devenu de plus en plus difficile pour Apple de faire des affaires en Chine sous l'influence de ce bras de fer commercial. Et étant donné que le marché chinois représente 20% de son chiffre d'affaires, le manque à gagner est considérable. 

Le président américain Donald Trump voit en Huawei, le leader de la téléphonie en Chine, le bras armé de Pékin, et a donc interdit l'acquisition de produits de cette marque par des infrastructures stratégiques aux Etats-Unis. Il fait également pression sur ses alliés européens pour qu'ils fassent de même. 

Selon Natixis, la Chine possède un atout de poids dans son bras de fer économique avec les Etats-Unis : ses surplus d'actifs. Et alors que les Etats-Unis creusent leur dette, la Chine reste en capacité d'investir dans le monde entier. Dans son bulletin daté du 13 décembre, la cellule de recherche de Natixis, dirigée par Patrick Artus, résume ainsi ses perspectives : «La taille des actifs de la Chine (domestiques et extérieurs) va continuer à croître, avec l’épargne élevée et l’excédent extérieur, permettant à la Chine d’acquérir des actifs financiers, des entreprises, des actifs réels (ressources naturelles, infrastructures), dans le reste du monde, et donc d’[y]accroître son influence.»

Lire aussi : 3 millions pour le fisc, 20 milliards aux Bermudes : le tour de passe-passe de Google aux Pays-Bas

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter