L'armée syrienne annonce le retrait de quelque 400 combattants kurdes de Manbij

L'armée syrienne annonce le retrait de quelque 400 combattants kurdes de Manbij Source: AFP
Le drapeau de la Syrie flotte au-dessus d'un bâtiment de la ville de Manbij, le 30 décembre 2018.

L'armée syrienne a annoncé le départ de «près de 400 combattants kurdes» de la région de Manbij, dans le Nord du pays, quelques jours après son déploiement dans le secteur à l'appel des forces kurdes menacées par une offensive turque.

«Des informations indiquent que près de 400 combattants kurdes ont quitté Manbij [dans le Nord de la Syrie] jusqu'à maintenant», a déclaré l'armée gouvernementale syrienne ce 2 janvier, quelques jours après son déploiement dans le secteur à l'appel des forces kurdes menacées par une intervention militaire d'Ankara.

Par le passé, la principale milice kurde de Syrie, les Unités de protection du peuple (YPG), avait assuré avoir retiré ses hommes de Manbij, mais le voisin turc n'a eu de cesse d'affirmer que ce retrait n'avait pas eu lieu.

«Un convoi des unités de combat kurdes comprenant plus de 30 véhicules a quitté la région de Manbij, se dirigeant vers la rive est du fleuve Euphrate», a déclaré le ministère syrien de la Défense, en diffusant une vidéo du convoi sur Facebook. 

Ce développement sur le terrain est une conséquence immédiate de l'annonce du retrait des forces militaires américaines en Syrie. A la suite de cela, le 28 décembre, les Unités de protection du peuple (YPG) avaient «invité» le gouvernement syrien à revenir dans les régions d'où les troupes des Etats-Unis se sont retirées, particulièrement aux abords de Manbij.

La milice, dont se compose majoritairement la coalition arabo-kurde des Forces démocratiques syriennes (FDS), redoute en effet une «invasion turque», et s'est donc résolue à appeler à l'aide l'armée syrienne. Ankara n'avait pas fait mystère de ses intentions après le retrait américain, laissant entendre qu'une «opération anti-terroriste» qui viserait les YPG était en préparation autour de la ville.

Lire aussi : Syrie : Russie et Turquie vont se «coordonner» après le retrait américain

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter