Bolsonaro : il est «insupportable» de vivre dans certains endroits de France à cause des migrants

- Avec AFP

Bolsonaro : il est «insupportable» de vivre dans certains endroits de France à cause des migrants© Adriano Machado Source: Reuters
Jair Bolsonaro.

Afin de dénoncer le Pacte mondial sur les migrations de l'ONU, le prochain président brésilien a convoqué l'exemple de la France. D'après Jair Bolsonaro, l'immigration est à l'origine d'une «souffrance» des Français.

A l'instar de son modèle putatif, le «Trump des tropiques» Jair Bolsonaro s'essaie au «French bashing». Le président élu du Brésil a affirmé ce 19 décembre qu'il était «insupportable de vivre dans certains endroits de France», à cause des migrants. Le dirigeant brésilien a en outre répété qu'il comptait sortir du Pacte mondial sur les migrations de l'ONU. «Tout le monde sait ce qui se passe en France. C'est simplement insupportable de vivre dans certains endroits de France», a martelé le futur chef de l'Etat au cours d'une diffusion en direct mardi soir sur le réseau social Facebook.

«Et l'intolérance a tendance à continuer d'augmenter. Ceux qui sont allés là-bas [les migrants], le peuple français les a accueillis de la meilleure façon possible», a-t-il poursuivi. Et d'ajouter, sans plus de précision quant aux éventuels migrant visés : «Mais vous savez comment sont ces gens-là, ils ont quelque chose en eux, ils n'abandonnent pas leurs racines et veulent faire valoir leur culture, leurs droits acquis et leurs privilèges.»

«La France souffre à cause de ça, une partie de la population, une partie de l'armée, une partie des institutions commencent à se plaindre de ça. Nous ne voulons pas de ça pour le Brésil», a encore affirmé Jair Bolsonaro.

Suivant sa pensée, le président élu brésilien a en outre répété que son futur gouvernement allait «dénoncer et révoquer» le Pacte mondial sur les migrations de l'ONU, signé le 10 décembre dernier à Marrakech (Maroc) par près de 160 pays, dont le Brésil représenté par son gouvernement actuel.

Lire aussi : Pacte de Marrakech : le Premier ministre belge démissionne à la suite des nationalistes flamands

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»