Syrie : Washington ne cherche pas à se «débarrasser d'Assad» mais veut un changement «fondamental»

Syrie : Washington ne cherche pas à se «débarrasser d'Assad» mais veut un changement «fondamental»© LOUAI BESHARA Source: AFP
Des étudiants syriens arrivent à l'école, à Kafr Batna, le 5 septembre 2018 (Image d'illustration).

Les Etats-Unis ont assuré que leur politique en Syrie ne visait pas à se «débarrasser» du président Bachar el-Assad, tout en réaffirmant qu'ils ne financeraient pas la reconstruction tant que le gouvernement ne changerait pas «fondamentalement».

Décidément, la politique américaine dans le dossier syrien, et surtout sa position quant à l'avenir du président Bachar el-Assad, est difficile à suivre. Dernier rebondissement en date le 17 décembre : le représentant spécial de la diplomatie américaine pour la Syrie, James Jeffrey, a assuré que Washington n'essayait pas de se «débarrasser d'Assad».

«Nous voulons voir un régime qui soit fondamentalement différent. Je ne parle pas d'un changement de régime», a-t-il tenté d'expliquer à l'occasion d'une conférence au cercle de réflexion Atlantic Council, à Washington. Précisant le fond de sa pensée, l'émissaire a déclaré que le gouvernement de Bachar el-Assad devait accepter de «transiger», dès lors qu'il n'a pas encore totalement remporté la guerre après sept ans de combats. Selon lui, quelque 100 000 combattants armés opposés au pouvoir syrien restent présents sur le territoire.

Et Washington compte bien bloquer toute aide à la reconstruction – entre 300 à 400 milliards de dollars seraient nécessaires selon James Jeffrey – tant qu'une solution politique n'aura pas été acceptée par toutes les parties, et tant que le gouvernement de Bachar el-Assad n'aura pas changé de comportement. «Les pays occidentaux sont fermement déterminés à ne pas ouvrir le portefeuille pour ce désastre tant que nous n'aurons pas le sentiment que le gouvernement est prêt à transiger, pour éviter d'ouvrir la porte à de nouvelles horreurs dans les années à venir», a-t-il ainsi fait valoir.

Le pari de Washington semble donc être de pousser Damas à organiser des élections avec la participation de toute la diaspora syrienne, estimant que celles-ci, si elles avaient lieu au terme d'un processus de paix sous l'égide de l'ONU, mèneraient inéluctablement au départ du président syrien. Une stratégie qui constitue un énième changement de cap pour la Maison Blanche : le 30 octobre dernier, le secrétaire à la Défense James Mattis avait en effet affirmé que le président syrien Bachar el-Assad devrait être «évincé du pouvoir». «Je ne pense pas que des élections organisées sous l'égide du régime syrien auront une quelconque crédibilité auprès du peuple syrien ou de la communauté internationale», avait-il alors expliqué.

Déjà remarquables sous l'administration Obama, les errements diplomatiques de Washington sur la question n'ont pas faibli avec l'arrivée au pouvoir de Donald Trump. Si le président américain a entamé son mandat en assurant que le départ du dirigeant syrien n'était plus une priorité, son sort devant être remis à la décision du «peuple syrien», il a depuis été contredit à plusieurs reprises par sa propre administration.

Lire aussi : Pour la nouvelle diplomatie américaine, le sort d'Assad «sera décidé par le peuple syrien»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»