«Bachar el-Assad devra finalement être évincé du pouvoir», selon James Mattis

«Bachar el-Assad devra finalement être évincé du pouvoir», selon James Mattis© Marko Djurica Source: Reuters
Le drapeau syrien flotte à un point de contrôle militaire dans la région d'Al-Khaldieh à Homs, en Syrie, le 18 septembre 2018.

Le secrétaire américain à la défense, James Mattis, a estimé que le président syrien Bachar el-Assad devrait être évincé du pouvoir en préalable à une reconstruction de la Syrie par le biais d'un processus politique.

Le président syrien Bachar el-Assad devra finalement être «évincé du pouvoir» car il a perdu sa crédibilité, a déclaré le secrétaire américain à la Défense, James Mattis, le 30 octobre à Washington lors d'une discussion à l'Institut américain pour la paix.

Selon lui, cette éviction est nécessaire pour une raison évidente : «Je ne pense pas que des élections organisées sous l'égide du régime syrien auront une quelconque crédibilité auprès du peuple syrien ou de la communauté internationale».

James Mattis a ajouté que les Etats-Unis étaient déterminés à soutenir les forces locales en Syrie et à trouver une solution par le biais du processus de Genève.

«Les grands efforts déployés par la Russie pour contourner le processus de Genève avec celui d'Astana ou de Sotchi n’ont rien produit d’intéressant. Nous appelons donc la Russie à soutenir le processus des Nations unies à Genève et les efforts de Staffan de Mistura dans ce pays», a-t-il poursuivi.

Or, Staffan de Mistura a annoncé le 17 octobre dernier qu'il quitterait à la fin du mois de novembre ses fonctions d'émissaire de l'ONU pour la Syrie.

La Russie a pour sa part répété à plusieurs reprises que seul le peuple syrien devait décider du sort du dirigeant syrien en exercice. Dans le même temps, de nombreux responsables occidentaux, en particulier des États-Unis, ont, à l'instar de James Mattis, insisté pour que Bachar el-Assad démissionne. Démission qui constitue pour eux la principale condition préalable au règlement en Syrie.

Fin septembre, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian avait affirmé que la France n'envisageait pas la reconstruction de la Syrie sans «transition politique», c'est-à-dire sans départ de Bachar el-Assad.

Mi-septembre, le ministre allemand des Affaires étrangères, Heiko Maas, avait à son tour annoncé que le gouvernement allemand ne pouvait pas imaginer de solution politique à long terme avec Bachar el-Assad au pouvoir. En revanche, Heiko Maas n’a pas qualifié le départ de Bachar el-Assad de condition préalable à la participation de l’Allemagne à la reconstruction du pays.

Lire aussi : Plus de 120 civils tués en un mois par la coalition menée par les Etats-Unis en Syrie, selon Moscou

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»