Lavrov : «les déclarations de Porochenko sur une possible agression russe en Europe sont du délire»

Le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov Source: RIA NOVOSTI
Le ministre des Affaires étrangères russe Sergueï Lavrov

Lors d'une conférence de presse conjointe avec son homologue iranien Mohammad Javad Zarif à Moscou, le chef de la diplomatie russe a commenté la récente interview du président ukrainien parue dans le quotidien Libération.

«Porochenko est préoccupé en premier lieu par le maintien de la rhétorique russophobe en Occident. De cette façon, il essaye de détourner l’attention générale de son incapacité à mettre en œuvre les accords de Minsk II», a estimé le ministre des Affaires étrangères de la Russie, lors d’un point de presse lundi à Moscou.

Dans une interview publiée la semaine dernière dans Libération, le président ukrainien avait déclaré sans ambages «Poutine veut toute l’Europe», en répondant par l’affirmative à une question lui demandant si une «agression russe» en Europe orientale était objectivement possible.

«Le gouvernement ukrainien essaie d'enflammer la situation par des déclarations absolument incroyables et délirantes», a estimé Sergueï Lavrov.

Le ministre s’est déclaré extrêmement préoccupé par la manque de volonté des autorités ukrainiennes d’arriver à un compromis avec les milices populaires de l’est du pays, en citant la récente décision unilatérale de ces dernières de retirer volontairement les armements lourds et d’autres équipements militaires de la zone de contact près de Chirokino. Cependant, Kiev n’a pas répondu pas une mesure réciproque et a même continué ses mouvements de troupes dans cette zone, a rappelé Sergueï Lavrov.

«La situation sur la ligne de contact, qu’il est plus juste actuellement de qualifier de "front", fait penser à des préparatifs de Kiev pour de véritables opérations militaires», a regretté le chef de la diplomatie russe.

La seule solution à la crise en Ukraine est diplomatique, a encore une fois estimé le ministre, en appelant à une nouvelle réunion au «format Normandie», afin de garantir le respect des accords de Minsk II, qui prévoient, entre autres, l’élargissement de l’autonomie des régions de Donetsk et de Lougansk.

«Il serait intéressant, pour commencer, de comparer les engagements pris par Porochenko et ce que Kiev a réellement accompli dans ce domaine», a ironisé le ministre russe.

Le 17 août, à Moscou, les ministres russe et iranien des Affaires étrangères ont eu des entretiens «fructueux» qui ont porté sur plusieurs questions internationales et régionales, dont la situation en Syrie, la mise en place du Plan d'action conjoint signé à Vienne (l’accord sur le programme nucléaire iranien) et l’élargissement de la coopération entre Téhéran et Moscou.

Les deux ministres ont en outre espéré que la levée des sanctions internationales contre l’Iran contribuera à l’augmentation des échanges commerciaux russo-iraniens, ainsi qu’à l’intensification de la coopération des deux pays dans le but de régler les situations de crise au Proche-Orient et en Afrique du Nord.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales