L’Ukraine n'a pas réglé sa dette envers les Etats-Unis alors que la menace de faillite est réelle

Natalie Jaresko, ministre ukrainien des Finances, et Jack Jew, secrétaire du Trésor des États-Unis Source: Reuters
Natalie Jaresko, ministre ukrainien des Finances, et Jack Jew, secrétaire du Trésor des États-Unis

Les deux jours de négociations entre l’Ukraine et ses créanciers américains à San Francisco n’ont abouti à rien. Les deux parties ont annoncé que les entretiens se poursuivront par téléphone, mais la menace de la faillite ukrainienne s’approche.

Le temps est compté pour l’Ukraine qui cherche à restructurer sa dette de 19 milliards de dollars. Le prochain paiement est prévu pour le mois de septembre. L'Ukraine devra alors payer 450 millions d’euros après avoir évité de justesse une faillite en août.

L’Ukraine souhaite avoir une remise de 40%, mais ses créanciers, représentés par Franklin Templeton Investments, ne sont pas enchantés de cette idée et proposent une réduction de la dette de seulement 5% et avec des conditions strictes. Les deux parties ont tenu «des négociations complexes» qui n'ont, cependant, abouti à rien.

Avant les négociations, la ministre ukrainienne des Finances Natalie Jaresko a considéré ces négociations comme «une dernière chance» pour prendre une décision avant le paiement de la dette car le pays doit sauver 14 milliards d’euros durant les quatre années à venir pour pouvoir bénéficier de l’aide financière proposée par le FMI.

Entretemps, la situation économique du pays est un vrai désastre."Le PIB de l'Ukraine doit baisser de 9% cette année, selon nos estimations alors que l’inflation annuelle pourrait augmenter jusqu’à 46%", a prévenu le FMI. La dette totale du pays atteindra le chiffre de 95% du PIB, selon la Banque nationale de l’Ukraine.

Cette situation va encore compliquer le sort des Ukrainiens dont les salaires sont réduits et dont les conditions de vie se détériorent . Des manifestations contre les actions des autorités actuelles se poursuivent depuis le printemps 2015.

Des manifestations en Ukraine

Une faillite possible

Mais quel avenir attend l’Ukraine ? Selon Jeffrey Albert Tucker, économiste et politologue, l’Ukraine peut se préparer à la faillite : «Il n’y a aucune chance que l’Ukraine soit capable de payer cette dette et 5% de réduction ne résoudra pas le problème».

Avec le possible programme du FMI, l’Ukraine peut ainsi se retrouver dans le même cas que la Grèce, à savoir, dans un cercle vicieux estime-t-il : «d'ici 6 à 12 mois l'Ukraine pourrait devenir une nouvelle Grèce». Et en ce qui concerne les créanciers, Jeffrey Albert Tucker se refuse de les accuser car «les prêteurs sont toujours dans une situation compliquée avec de telles circonstances».

Le FMI débloque une tranche de 1,7 milliard de dollars pour l’Ukraine

L'expert estime que c’est bien le gouvernement ukrainien qui est à blâmer car ce dernier n'a rien fait pour améliorer la situation par rapport à la dette et fait face désormais à la réalité économique. La seule possibilité pour le pays est de faire faillite : « Personne ne veut cela, mais si vous ne pouvez pas payer, il ne faut pas essayer car la dette peut durer à jamais». Et la faillite «n’est pas le pire des scénarios comparé à de colossales mesures d’austérité», indique l’économiste.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales