Selon Poutine, si Kiev voulait des «bébés au petit-déjeuner», ses alliés lui en serviraient

Selon Poutine, si Kiev voulait des «bébés au petit-déjeuner», ses alliés lui en serviraient © REUTERS/Maxim Shemetov
Vladimir Poutine s'exprime lors d'un forum financier à Moscou, le 28 novembre.

Evoquant l'arrestation de navires ukrainiens dans les eaux territoriales russes, Vladimir Poutine a, avec une ironie mordante, dénoncé l'attitude laxiste des dirigeants étrangers, qui se satisferaient de l'attitude agressive de Kiev envers Moscou.

Le président russe Vladimir Poutine a estimé, lors d'une intervention dans un forum économique à Moscou ce 28 novembre, que l'incident entre l'armée russe et ukrainienne dans le détroit du Kertch était le résultat du laxisme des pays étrangers vis-à-vis de Kiev. Selon le chef d'Etat russe, ces derniers s’accommoderaient en effet du comportement des autorités ukrainiennes, tant que celui-ci s'avère agressif envers Moscou.

«Les autorités de Kiev font la promotion du sentiment anti-russe avec succès, aujourd'hui. Elles n'ont rien d'autre à faire», a ajouté Vladimir Poutine, dont c'était les premiers commentaires publics sur l'incident du 25 novembre, lorsque des gardes-côtes russes ont arraisonné trois navires de guerre ukrainiens dans les eaux territoriales russes au large de la Crimée.

Le président russe s'est alors fendu d'un trait d'ironie... mordante : «S'ils exigent des bébés au petit-déjeuner, on leur servirait probablement des bébés. On leur dirait : "Pourquoi pas, ils ont faim, que peut-on y faire ?"»

Et Vladimir Poutine de poursuivre, plus sérieusement : «C'est là une politique à courte vue, qui ne peut déboucher sur rien de bon. Elle rend le pouvoir ukrainien suffisant, et ne les incite pas à faire un travail politique normal dans leur pays ou à poursuivre une politique économique normale.»

Lors de son intervention, le président russe a estimé que l'incident avait «clairement [été le résultat] d'une provocation» ukrainienne. Il a en outre estimé que cette dernière avait servi de prétexte à l'instauration de la loi martiale en Ukraine.

Vladimir Poutine a en outre martelé que les gardes-côtes russes avaient rempli «leur devoir militaire» en arraisonnant trois navires de guerre ukrainiens au large de la Crimée. «Ils ont rempli leur devoir militaire à la perfection, avec précision», a-t-il encore déclaré, expliquant l'action de la marine par le fait que les équipages ukrainiens n'avaient pas répondu aux mises en garde des forces russes.

Lire aussi : Poutine sur l'incident de Kertch : «Clairement une provocation», un prétexte pour la loi martiale

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»