Crise avec l'Ukraine : «Pas besoin d'un quelconque intermédiaire», dit Sergueï Lavrov

Crise avec l'Ukraine : «Pas besoin d'un quelconque intermédiaire», dit Sergueï Lavrov© Christian Hartmann Source: Reuters
Sergueï Lavrov le 27 novembre 2018 à Paris.

Interrogé par RT France sur les réactions américaine et allemande au sujet de la crise entre Kiev et Moscou, le chef de la diplomatie russe a estimé que Moscou n'avait pas besoin de l'intervention de pays tiers pour régler cette question.

Sergueï Lavrov a rencontré ce 27 novembre Jean-Yves Le Drian dans le cadre de la poursuite du dialogue de Trianon. Initié en mai 2017 par Emmanuel Macron et Vladimir Poutine, celui-ci a pour but de rapprocher la France et la Russie dans différents domaines. Au cours de la conférence de presse, le chef de la diplomatie russe a notamment abordé l'incident du détroit de Kertch.

Le 25 novembre, trois bâtiments de guerre ukrainiens manœuvrant dangereusement dans les eaux territoriales russes avaient été capturés, après avoir refusé de quitter la zone. Le lendemain, l'Ukraine avait annoncé l'introduction de la loi martiale dans ses régions frontalières.

Revenant sur cet épisode, RT France a interrogé Sergueï Lavrov sur la proposition de médiation de la part de l'Allemagne. Selon le ministre russe des Affaires étrangères, le recours de l'Allemagne n'est pas nécessaire. Par ailleurs, ce dernier précise qu' «il faut éviter toute sorte de provocation» et d'ajouter : «Je pense que les deux services de garde-frontière pourraient très bien s'entendre.»

La diplomatie russe dénonce à ce sujet «une nouvelle tentative de noircir l'image de la Russie» dans les dernières représentations médiatiques et déplore que des organisations telles que Reporters sans frontières participe à établir des critères d'appréciation des journalistes. Selon Sergueï Lavrov certaines démocraties occidentales soutiennent ces démarches et il estime que cela constitue une «tentative pour modéliser la communication à l'international». Et de conclure : «On est en pleine censure politique [...] il faut éviter ce genre de démarche».

Sergueï Lavrov a par ailleurs confirmé que la tension près de Kertch était le résultat d’une provocation ukrainienne. Plus tôt, Vladimir Poutine avait mis en garde l'Ukraine contre tout acte «irréfléchi» et demandé à la chancelière allemande Angela Merkel de faire pression sur l'allié des Occidentaux.

 

Lire aussi : Moscou ouvre le feu pour arrêter des navires de guerre ukrainiens ayant violé ses eaux territoriales

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»