Gaza : Israël laisse le Qatar livrer des millions de dollars aux Palestiniens

- Avec AFP

Gaza : Israël laisse le Qatar livrer des millions de dollars aux Palestiniens© MAHMUD HAMS Source: AFP
Des dizaines de Palestiniens attendent de recevoir une aide financière du gouvernement du Qatar pour les familles pauvres de la ville de Gaza, le 10 novembre 2018.

L'ambassadeur du Qatar à Gaza a été autorisé par Israël à acheminer des millions de dollars pour venir en aide aux Palestiniens de Gaza. Cette initiative exceptionnelle a été critiquée par l'Autorité palestinienne et par des ministres israéliens.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a justifié le 10 novembre au soir sa décision d'autoriser le Qatar à acheminer 15 millions de dollars afin de payer les salaires des fonctionnaires dans la bande de Gaza, en arguant que cela contribuerait à ramener le calme.

De longues files de Palestiniens se sont en effet formées le 9 novembre à Gaza pour toucher des arriérés de salaire ou des aides financés par le Qatar, dans un nouvel effort pour dissiper les tensions dans et autour du territoire sous blocus. Des milliers de fonctionnaires palestiniens de Gaza, qui ne sont plus payés que sporadiquement depuis des mois, ont ainsi pu percevoir des arriérés de salaire et certains autres Gazaouis des aides grâce à un financement du Qatar.

«Je fais ce que je peux, en coordination avec les services de sécurité, pour que le calme revienne dans les localités du sud [d'Israël], mais aussi pour éviter une crise humanitaire», a justifié le Premier ministre israélien, peu avant de s'envoler pour Paris où il assistait ce 11 novembre aux cérémonies du centenaire de la fin de la Première guerre mondiale.

Des valises pleines d'argent

Fait exceptionnel, l'Etat hébreu, qui contrôle tous les accès au territoire en dehors de la frontière égyptienne, a laissé le 8 novembre au soir l'ambassadeur du Qatar à Gaza, Mohammed Al-Emadi, franchir le point de passage d'Erez entre Israël et l'enclave avec des valises pleines de dollars.

Depuis des mois, des dizaines de milliers de fonctionnaires ne sont plus payés que sporadiquement, ajoutant aux tensions dans l'enclave palestinienne éprouvée par les guerres, les blocus israélien et égyptien, la pauvreté et les pénuries.

Au total, ce sont 90 millions de dollars qataris qui doivent être distribués en six mensualités de 15 millions, selon le Hamas, principalement pour payer au moins partiellement les fonctionnaires du mouvement islamiste au pouvoir dans l'enclave.

Sous les auspices de l'ONU, le Qatar a également accepté de financer pendant six mois, pour 60 millions de dollars, du fioul destiné à la seule centrale électrique du territoire. Les livraisons débutées en octobre, avec l'aval israélien, ont commencé à résorber partiellement une pénurie chronique de courant.

Le Qatar a aussi décidé cette semaine de verser 5 millions de dollars d'aide à 50 000 familles pauvres de Gaza. Un Gazaoui sur deux vit sous le seuil de pauvreté et l'économie gazaouie est en «chute libre» selon la Banque mondiale.

Timides bouffées d'oxygène pour la bande de Gaza éprouvée par les guerres, les blocus israélien et égyptien, la pauvreté et les pénuries, ces gestes d'apaisement s'inscrivent dans les efforts de médiation des Nations unies et de l'Egypte afin de négocier une trêve durable entre Israël et le Hamas.

Au moins 221 Palestiniens ont été tués depuis le 30 mars par des tirs israéliens, principalement lors des manifestations baptisées Marche du retour, mais aussi dans des frappes israéliennes en réponse à des tirs de roquettes. Un soldat israélien a été tué.

Singulièrement, le 9 novembre, un convoi diplomatique qatari approchant les manifestants à l'est de la ville de Gaza a essuyé des jets de pierres et a rapidement rebroussé chemin.

Pour l'Autorité palestinienne, le Qatar a des «agissements de gangster»

L'entreprise du Qatar fait grincer des dents de part et d'autre, notamment du côté de l'Autorité palestinienne du président Mahmoud Abbas qui s'estime court-circuitée. Tentant de revenir à Gaza depuis son éviction par le Hamas, elle redoute une reconnaissance de fait et la pérennisation du contrôle du mouvement islamiste sur l'enclave.

Ce qu'a fait l'ambassadeur du Qatar s'apparente à des «agissements de gangster», a affirmé à l'AFP Ahmed Majdalani, un proche de Mahmoud Abbas.

Côté israélien, le ministre de la Défense Avigdor Lieberman a dénoncé «une capitulation devant le terrorisme» et la chef de file de l'opposition Tzipi Livni évoque pour sa part «une soumission au Hamas». 

«Quand vous êtes au pouvoir, il y a toujours un prix à payer», a répondu le Premier ministre. Les élections générales auront lieu l'an prochain en Israël et Benjamin Netanyahu semble vouloir éviter d'engager une guerre d'ici là.

Lire aussi : Sanctions israéliennes sur la pêche : «Gaza est un camp de concentration à ciel ouvert»

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»