Pascal Le Pautremat : l'OTAN semble s'attacher à l'idée de «menace russe» par pur opportunisme

Pascal Le Pautremat : l'OTAN semble s'attacher à l'idée de «menace russe» par pur opportunisme © Kylee Ashton/U.S. Air Force/Handout Source: Reuters
Des marines américains participent à l'exercice militaire Trident Juncture 2018 de l'OTAN en Islande le 19 octobre 2018 (image d'illustration).

Le géopolitologue Pascal Le Pautremat a livré ce 29 octobre à RT France son analyse sur les dernières manœuvres de l’OTAN en Norvège. Selon lui, les dirigeants de l'Alliance souhaitent promouvoir une image d'une «Russie potentiellement dangereuse».

L’OTAN a lancé le 25 octobre son plus grand exercice militaire depuis la fin de la guerre froide. 50 000 soldats, 10 000 véhicules, 65 navires et 250 aéronefs de 31 pays sont engagés dans le cadre de l'exercice «Trident Juncture 18», dont l’objectif est de s’entraîner contre un «ennemi imaginaire».

Pour Pascal Le Pautremat, géopolitologue et spécialiste des crises et des conflits, cette énième démonstration de force de l'Alliance atlantique semble clairement s’adresser à la Russie : «Compte tenu de la nature même de l’OTAN, évidemment cela nous renvoie à toute l’histoire de la guerre froide et on peut penser de façon plus ou moins subliminale [que cette action est menée] dans l’éventualité hypothétique d'une action militaire de la Russie à l’égard d’un pays baltique ou scandinave.»

Il y a cette volonté de s’attacher à une image opportune d’une Russie potentiellement dangereuse

Poursuivant son propos, Pascal Le Pautremata a jugé que l’OTAN semblait tenir à l'idée d'une «menace russe» afin de légitimer une course à l’armement : «On a vraiment le sentiment que dans l’establishment militaire et politique américain, il y a cette volonté de s’attacher à une image opportune d’une Russie potentiellement dangereuse. Cela nourrit la traditionnelle influence du complexe militaro-industriel et contribue à motiver des généraux à maintenir un outil militaire extraordinaire, presque surréaliste aujourd’hui, quand on voit le potentiel militaire américain...»

Enfin, Pascal Le Pautremata a estimé que les manœuvres militaires de l'OTAN l'empêchaient de nouer un dialogue productif avec Moscou. 

Lire aussi : Poutine promet une réponse symétrique à l'extension de l'OTAN aux frontières russes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»