«C'est la vie» : quand Fabius riait devant Lavrov d'avoir armé des terroristes en Libye

«C'est la vie» : quand Fabius riait devant Lavrov d'avoir armé des terroristes en Libye© ABBAS MOMANI Source: AFP
L'ex-ministre français des Affaires étrangères, Laurent Fabius rit lors d'une conférence de presse conjointe avec le président palestinien , le 24 août 2013 à Ramallah, en Cisjordanie (illustration).

Lors d’un entretien exclusif accordé à trois médias français dont RT France, Sergueï Lavrov a révélé la remarque déroutante que lui avait faite Laurent Fabius, alors ministre des Affaires étrangères, quant à l’intervention française au Mali en 2013.

Le 12 octobre dernier, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a été interrogé en exclusivité par trois médias français, dont RT France. Au cours de cet entretien, le chef de la diplomatie russe est revenu notamment sur une anecdote restée jusqu’alors secrète.

Alors qu’il faisait part de la crainte de la France de voir les terroristes – qui occupaient alors le Nord Mali – se diriger vers Bamako, où se trouvait un contingent français après l’intervention de l’Otan en Libye, Sergueï Lavrov a entendu le ministre français des Affaires étrangères de l’époque, Laurent Fabius, lui faire une réponse étonnante.

Il a ri et m’a dit :  C’est la vie

«La France voulait que son contingent au Mali obtienne l’approbation du Conseil de sécurité de l’ONU pour lutter contre cette menace terroriste. Laurent [Fabius] m’a appelé et m’a demandé de ne pas nous y opposer […] Mais il faut garder à l’esprit, lui ai-je dis, que vous allez réprimer les activités des gens que vous avez armés en Libye. Il a ri et m’a dit : "C’est la vie." Et il faut dire quand-même que "c’est la vie" ce n’est pas de la politique. Evidemment, c’est le principe du deux poids, deux mesures», a relaté Sergueï Lavrov.

Avant la révélation de cette anecdote, le chef de la diplomatie russe était revenu sur les bavures commises par l’Otan lors de ses interventions armées dans divers pays et notamment en Serbie. «Compte tenu du fait que nous sommes Européens, membres de l’OSCE, je commencerai dès l’année 1999, quand l’OTAN a bombardé la Yougoslavie. Là, aucune distinction n’a été faite qu’il s’agisse d’objets civils ou à double usage. Ils ont bombardé le Ministère de la défense et l’état-major général mais je dois rappeler qu’ils ont aussi bombardé un pont ferroviaire au moment où un train de passagers le traversait», a-t-il déploré.

Retrouvez l'intégralité de l'interview sur notre chaîne YouTube.

Lire aussi : Une nouvelle réunion à Paris sur la Syrie, Laurent Fabius tente de ne pas perdre la main

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»