Après le référendum sur le changement de nom de la Macédoine, la porte de l'OTAN est «ouverte»

Après le référendum sur le changement de nom de la Macédoine, la porte de l'OTAN est «ouverte»© Ognen Teofilovski Source: Reuters
Zoran Zaev, Premier ministre macédonien, le 30 septembre 2018 (image d'illustration).
Suivez RT France surTelegram

L'UE et l'OTAN ont salué le résultat du référendum sur le changement de nom de la Macédoine. L'abstention a néanmoins été considérable, près des deux tiers des électeurs macédoniens ayant boudé le scrutin.

Selon les résultats quasi-définitifs d'un référendum organisé le 30 septembre en Macédoine, 91,39% des votants ont approuvé l'idée de changer le nom de la «République de Macédoine» en «République de Macédoine du Nord». Une décision qui vise à régler un différend entre Skopje et Athènes, et qui se trouve être déterminante pour l'ouverture des négociations d'adhésion de la Macédoine à l'Union européenne (UE) et pour son processus d'intégration à l'OTAN.

Mais, si le Premier ministre macédonien Zoran Zaev s’est félicité d’un «succès pour la démocratie et pour la Macédoine européenne», le scrutin a aussi été marqué par une très forte abstention. Près de deux tiers des électeurs inscrits n'ont pas fait le déplacement pour répondre à la question qui leur était posée.

Le faible taux de participation au vote n'a pas empêché l'Alliance atlantique de se réjouir d'«une occasion historique» et d'appeler tous les dirigeants politiques et partis macédoniens à la saisir. Jens Stoltenberg, le secrétaire général de l'organisation militaire, a ainsi rappelé que «la porte de l'OTAN [était] ouverte» à Skopje, mais que «toutes les procédures nationales [restaient] à compléter».

Pour sa part, l'UE a d'ores et déjà exhorté l'ensemble des parties à «respecter» les résultats.

Le référendum intervient dans le cadre d'une initiative commune des ministres grec et macédonien des Affaires étrangères, alors que le nom de ce pays des Balkans fait l'objet d'un litige entre Athènes et Skopje depuis la disparition de l'URSS. En effet, depuis 1991, la Grèce s'oppose à ce que son voisin conserve le nom de Macédoine, une région grecque portant le même nom.

Le 26 juin dernier, les ministres de l'UE chargés des Affaires européennes se sont entendus à Luxembourg pour ouvrir des négociations d'adhésion avec l'Albanie et l'ex-République yougoslave de Macédoine en juin 2019, une décision assortie de nombreuses conditions. 

L'opposition de droite reproche un recul du gouvernement devant Athènes

Le changement de nom de la République de Macédoine doit désormais passer par une révision constitutionnelle, devant être validée par le Parlement à la majorité des deux tiers. Or le gouvernement de Zoran Zaev ne dispose pas de cette majorité, et l'accord est vivement contesté par l'opposition de droite ainsi que par une partie des centristes. Ces opposants dénoncent un recul par rapport aux premières prises de position grecques, qui déniaient tout droit à l’Etat voisin d'utiliser le nom de Macédoine. Il faudra donc au gouvernement convaincre une dizaine de députés de l’opposition de se rallier au projet, pour faire passer le changement de nom.

Cet été, le Premier ministre grec Alexis Tsipras avait fait savoir que si le gouvernement macédonien ne parvenait pas à faire passer la révision constitutionnelle en question, «l'invitation de l'OTAN [serait] annulée et les négociations avec l'UE ne bouge[raient] pas».

Lire aussi : Bientôt 29 ? L'UE va entamer des négociations d'adhésion avec l'Albanie et la Macédoine

Raconter l'actualité

Suivez RT France surTelegram

En cliquant sur "Tout Accepter" vous consentez au traitement par RT France de certaines données personnelles stockées sur votre terminal (telles que les adresses IP, les données de navigation, les données d'utilisation ou de géolocalisation ou bien encore les interactions avec les réseaux sociaux ainsi que les données nécessaires pour pouvoir utiliser les espaces commentaires de notre service).

En cliquant sur "Tout Refuser", seuls les cookies/traceurs techniques (strictement limités au fonctionnement du site ou à la mesure d’audiences) seront déposés et lus sur votre terminal. "Tout Refuser" ne vous permet pas d’activer l’option commentaires de nos services.

Pour activer l’option vous permettant de laisser des commentaires sur notre service, veuillez accepter le dépôt des cookies/traceurs « réseaux sociaux », soit en cliquant sur « Tout accepter », soit via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Vous pouvez modifier vos choix via la rubrique «Paramétrer vos choix».

OK

RT France utilise des cookies pour exploiter et améliorer ses services.

Vous pouvez exprimer vos choix en cliquant sur «Tout accepter», «Tout refuser» , et/ou les modifier à tout moment via la rubrique «Paramétrer vos choix».

Pour en savoir plus sur vos droits et nos pratiques en matière de cookies, consultez notre «Politique de Confidentialité»

Tout AccepterTout refuserParamétrer vos choix