La Cour suprême des Etats-Unis, prochaine victime de la guerre à Capitol Hill ?

La Cour suprême des Etats-Unis, prochaine victime de la guerre à Capitol Hill ?© Reuters
Brett Kavanaugh, candidat à la Cour suprême des Etats-Unis devant la commission judiciaire du Sénat le 27 septembre 2018

Depuis la mi-septembre, un candidat à la Cour suprême se retrouve au cœur d'un prétendu scandale sexuel. A un peu plus d'un mois des élections de mi-mandat, la plus haute juridiction risque de perdre de sa crédibilité. Et Donald Trump de s'affaiblir.

C'est un nouveau champ de bataille qui s'est ouvert à la mi-septembre aux Etats-Unis entre les camps démocrate et républicain. Avec, quelle qu'en soit l'issue, une victime désignée : la prestigieuse Cour suprême des Etats-Unis, ultime garante, selon l'intention des pères fondateurs, de la Constitution américaine. Le magistrat Brett Kavanaugh, jusque-là en passe de devenir l'un des neuf juges à vie de la plus haute juridiction des Etats-Unis, se retrouve au cœur d'un prétendu scandale sexuel, de ceux qui choquent tout autant qu'ils passionnent l'opinion publique américaine. Et, avec lui, la Cour suprême ainsi que le président, qui a apporté son soutien à Brett Kavanaugh.

C'est par le magazine anti-Trump The New Yorker que le scandale arrive le 14 septembre 2018. Le journal révèle alors que la plainte d'une femme préférant rester anonyme est parvenue à un sénateur démocrate. Celle-ci accuse Brett Kavanaugh d'avoir tenté de la violer dans les années 1980, alors que les deux étaient étudiants au lycée Georgetown Preparatory School, à Bethesda, dans l'Etat du Maryland. Le 16 septembre, la victime présumée de cette tentative de viol a accepté finalement de révéler son identité : Christine Blasey Ford.

Parole contre parole

Depuis, avec le concours massif des médias, partisans et détracteurs de Brett Kavanaugh se livrent une guerre sans merci avec, pour point culminant, une de ces séquences dont l'Amérique a le secret, lors d'une confrontation devant la commission judiciaire du Sénat le 27 septembre.

D'un côté, un Brett Kavanaugh jurant de son intégrité, de sa foi religieuse, au bord des larmes quand il évoque l'une de ses filles âgée de 10 ans et une famille brisées par le scandale. Il dénonce une campagne de diffamation sans précédent à son égard, qui foule au pied un des principe fondateur de la Justice de son pays, le «procès équitable» («Due process»), selon lequel il revient à l'accusation d'apporter les preuves de culpabilité.

Je croyais qu'il allait me violer

De l'autre, une accusatrice, tout aussi brisée, jurant «à cent pour cent» qu'il s'agissait bien de Brett Kavanaugh. «Je pensais qu'il allait me violer. J'ai essayé d'appeler à l'aide, mais Brett a mis sa main sur ma bouche pour m'empêcher de crier. C'est ce qui m'a le plus terrifiée… J'ai cru qu'il allait me tuer par accident», a-t-elle déclaré d'une voix brisée devant les caméras du monde entier. Selon Christine Blasey Ford, un soir d'été 1982, alors qu'elle allait aux toilettes, Brett Kavanaugh et un ami Mark Judge, «totalement ivres» l'auraient isolée dans une chambre. Après l'avoir poussée sur un lit, le futur juge se serait jeté sur elle, tentant de la déshabiller tout en la touchant partout sur le corps. «Je croyais qu'il allait me violer», a-t-elle assuré.

La version de Christine Blasey Ford n'ayant toutefois pas pu être étayée par des preuves tangibles, c'est désormais parole contre parole que les deux parties s'affrontent. L'accusatrice de Brett Kavanaugh a notamment mis en avant des personnes qui auraient été témoins de la tentative de viol, mais celles-ci, dont l'une de ses amies proches, ont démenti depuis avoir été présentes au moment des faits allégués, un soir d'été 1982.

Vote favorable de la Commission judiciaire, le Sénat se prononcera après enquête du FBI

Dans ce contexte délétère, Brett Kavanaugh vient de passer un premier obstacle le 28 septembre avec un vote favorable de la Commission judiciaire. Les 21 membres, 11 républicains et 10 démocrates, ont voté strictement selon leur affiliation politique pour le recommander au vote en séance plénière de la chambre haute du Congrès.

C'est désormais au Sénat qu'incombe la confirmation du neuvième juge de la Cour suprême, au cours d'une séance plénière dont la date n'a pas encore été fixée. Une autre bataille s'y dessine alors que les républicains ne bénéficient que d'une majorité très étroite (51-49) et que certains sénateurs démocrates comme républicains sont susceptibles de s'affranchir de leurs lignes partisanes.

Mais sur demande express du sénateur Jeff Flake, dont le vote à la Commission judiciaire a été décisif, le Sénat a accepté de reporter d'une semaine au maximum son vote pour laisser le temps au FBI d'enquêter sur les accusations d'agression sexuelle. Une demande validée par le président américain Donald Trump, qui a ordonné au FBI de mener à bien cette enquête. «Comme l'a demandé le Sénat, cette mise à jour [du dossier de Brett Kavanaugh] doit être limitée dans son périmètre et menée à bien en moins d'une semaine», a-t-il déclaré.

Entre électorat féminin et base conservatrice, Donald Trump pris en fourchette ?

Car le timing de ce scandale est tout sauf anodin, avec en ligne de mire les élections de mi-mandat, décisives pour un président dont la capacité à gouverner est largement entamée, notamment par l'enquête sur l'ingérence russe qui n'en finit pas. Les républicains n'y voient d'ailleurs qu'une manœuvre politicienne de leur adversaire, rappelant que la sénatrice démocrate Dianne Feinstein a attendu le dernier moment pour révéler les accusations portées par Christine Blasey Ford alors qu'elle en avait connaissance depuis plusieurs semaines.

Or, dans le cas où Brett Kavanaugh ne serait pas nommé, le temps manquerait pour que la Cour suprême dispose de ses neuf juges au complet et puisse fonctionner normalement. Que se passerait-il alors en cas de contentieux électoral ou d'une contestation de scrutin ? 

En outre, Donald Trump joue gros politiquement dans cette affaire. Brett Kavanaugh n'a jamais caché ses positions très conservatrices en matière de choix de société. En cas de crise prolongée, le président qui a apporté son soutien au candidat qui convoite un siège à la Cour suprême court le risque de décevoir son électorat. 

Ce 28 septembre, n'ayant sans doute pas d'autre alternative, Donald Trump a renouvelé sa confiance à son candidat. «La stratégie de fouille et de destruction des démocrates est une honte. Ce processus est une imposture totale et un travail de ralentissement, d'obstruction et de résistance», a-t-il fulminé sur Twitter.

Mais Donald Trump doit également veiller à ne pas s'aliéner un électorat féminin, sur fond de scandale Weinstein et #MeToo qui vise pourtant plus Hollywood, milieu proche des démocrates, que les frasques passées du président américain. Un angle d'attaque que le Parti démocrate pourrait mettre à profit ? De son côté, The New Yorker a vu dans la prestation de Brett Kavanaugh devant la commission sénatoriale «une manifestation grotesque de ressentiment patriarcal»...

Alexandre Keller

Lire aussi : «Résister de l'intérieur» contre Trump ? Des fonctionnaires US s'en félicitent en caméra cachée

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter