Netanyahou accuse l'Iran de dissimuler un entrepôt atomique secret à Téhéran

Netanyahou accuse l'Iran de dissimuler un entrepôt atomique secret à Téhéran© Lucas Jackson Source: Reuters
Benyamin Netanyahou à l'Assemblée générale de l'ONU le 27 septembre 2018 à New York (image d'illustration).

Images et graphiques à la main, le Premier ministre israélien a accusé l'Iran de disposer d'un complexe secret où seraient entreposées 300 tonnes de «matériaux nucléaires». Selon lui, Téhéran tenterait d'en faire disparaître les preuves à toute hâte.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou n'a pas lésiné sur les moyens le 27 septembre dernier, lors de son discours à l'Assemblée générale des Nations unies à New York. Brandissant des panneaux explicatifs, il a accusé l'Iran de disposer d'un complexe secret dédié au stockage d'armes nucléaires.

«Ce que je suis sur le point de dire n'a encore jamais été révélé en public auparavant», a ainsi déclaré le dirigeant israélien, avant de préciser : «Je révèle pour la première fois que l'Iran dispose d'un autre complexe secret à Téhéran.» Montrant à l'assistance la photographie d'un «bâtiment d'apparence innocente», tout en précisant le nom de la rue de la capitale iranienne où celui-ci se trouve, il a assuré qu'il s'agissait d'un entrepôt contenant pas moins de 300 tonnes de «matériaux nucléaires».

Selon Benjamin Netanyahou, les autorités iraniennes auraient commencé à évacuer le prétendu entrepôt après un raid de l'armée israélienne sur les «archives atomiques» de Téhéran. «Depuis ce bombardement, ils s'échinent à faire place nette dans cet entrepôt atomique : rien que le mois passé, ils ont évacué 15 kilogrammes de matériaux radioactifs», a-t-il assuré. 

Les renseignements israéliens semblent bien informés, car le Premier ministre israélien a livré une série de détails particulièrement précis quant à cette opération d'évacuation. «Ils les ont sortis de la ville et les ont dispersés autour de Téhéran dans le but de dissimuler ces preuves», a-t-il ainsi expliqué.

Je révèle pour la première fois que l'Iran dispose d'un autre complexe secret à Téhéran

Plus encore, le Premier ministre a invité les Iraniens à se procurer un compteur Geiger sur Amazon afin d'aller vérifier par eux-mêmes la radioactivité autour de la capitale de leur pays, pour confirmer ses dires. 

Benjamin Netanyahou part régulièrement à l'offensive sur le sujet du nucléaire iranien, tentant par tous les moyens de démontrer la caducité de l'accord de 2015 dont Washington s'est désengagé. Alors que Donald Trump a livré un discours particulièrement hostile à l'égard de l'Iran le premier jour de cette Assemblée générale, de nombreux pays, soucieux de préserver, ont exprimé leurs divergences avec les Etats-Unis sur ce sujet.

Une mise en scène habituelle

Le Premier ministre israélien avait déjà brandi en 2012, à l'Assemblée générale des Nations unies, un panneau sur lequel une bombe était dessinée. «C'est une bombe et voici la mèche», avait-il très sérieusement expliqué aux chefs d'Etat et diplomates l'entourant, expliquant que Téhéran avait effectué 70% de son programme nucléaire. 

Netanyahou accuse l'Iran de dissimuler un entrepôt atomique secret à Téhéran© Lucas Jackson Source: Reuters
Benyamin Netanyahou à l'Assemblée générale de l'ONU le 27 septembre 2018 à New-York.

Benjamin Netanyahou est coutumier des graves accusations conjuguées à une mise en scène quelque peu burlesque. A la télévision, depuis Tel Aviv, le 30 avril dernier, il avait encore assuré qu'Israël disposait de nouvelles «preuves concluantes» d'un programme secret visant l'Iran à se doter de l'arme nucléaire, dans un décor atypique. Devant un écran diffusant des photos et des vidéos et affichant à un moment, en gros caractère le texte «l'Iran a menti», il avait présenté schémas et autres graphiques à sensation.

Lire aussi : ONU : en réponse à Trump, Macron dénonce la «loi du plus fort» et prône le multilatéralisme

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter