Avion abattu par Damas : Moscou dénonce les tirs israéliens et se «réserve le droit» de répondre

Avion abattu par Damas : Moscou dénonce les tirs israéliens et se «réserve le droit» de répondre© Défense russe
Iliouchine Il-20 (illustration).

Un avion russe Il-20 a été abattu avec 15 soldats à son bord. Selon Moscou, c'est un tir malheureux de son allié syrien qui en est responsable. La Russie met en cause Israël et la confusion semée par ses provocations dans la zone.

Mise à jour automatique
  • Le missile syrien qui a abattu le 17 septembre l'avion russe n’était pas équipé du système ami-ennemi a fait savoir ce 20 septembre le ministère russe de la Défense, commentant les informations selon lesquelles la défaillance de cet équipement permettant de distinguer les armements utilisés par ses alliés de ceux de ses ennemis aurait fait défaut.

  • Lors d'une conférence de presse conjointe avec le président polonais Andrzej Duda, le président des Etats-Unis s'est exprimé au sujet de l'avion russe abattu au large de la Syrie. «Il me semble, d'après un examen des faits, que la Syrie a abattu un avion russe. Et je comprends que 14 personnes ont été tuées et c'est une chose très triste mais c'est ce qui arrive», a déploré Donald Trump.

    Il s'est également félicité du «formidable travail» fait par les Etats-Unis en Syrie dans l’éradication du groupe Etat islamique, ajoutant que «c'est la raison pour laquelle [les Etats-Unis sont] là-bas». «Et [les Etats-Unis sont] très proches d'achever cette mission», a-t-il conclu.

  • Le ministre de la Défense russe Sergueï Choïgou s'est entretenu avec son homologue français, Florence Parly. Il lui a fait part des éléments connus sur les circonstances du crash de l'avion russe qui a fait 15 morts.

    La ministre française des Armées a quant à elle adressé ses condoléances au ministre russe, et proposé son aide dans les opérations de recherche des membres d'équipage. Une proposition que le ministre de la Défense russe a poliment déclinée, assurant que la Russie disposait déjà des moyens nécessaires pour les recherches qui étaient en cours. 

  • Les Etats-Unis, par la voix du secrétaire d'Etat américain Mike Pompeo, ont réagi au crash de l'avion russe au large de la Syrie : «L'accident malheureux survenu hier nous rappelle la nécessité de parvenir à des solutions permanentes, pacifiques et politiques aux nombreux et inextricables conflits de la région.» Il a en outre insisté sur l'urgence de «mettre fin au transit provocateur par l'Iran d'armes dangereuses à travers la Syrie».

    Dans le même communiqué, il a également tenu à exprimer sa «peine pour la mort de l'équipage de l'avion russe abattu» le 17 septembre.

  • Au téléphone avec le président russe Vladimir Poutine, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahou a exprimé ses regrets après la mort des soldats russes à bord de l'avion Il-20 abattu le 17 septembre. Il a affirmé tenir la Syrie pour responsable du crash et promis de poursuivre son action contre l'Iran en Syrie.

    Benjamin Netanyahou a cependant assuré Vladimir Poutine de sa volonté de maintenir la coordination dans le domaine de la sécurité entre leur deux pays.

  • Le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov cité par l'agence Tass, a annoncé que Vladimir Poutine s'entretiendrait probablement dans la journée avec le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahou.

  • Recevant le Premier ministre hongrois Viktor Orban à Moscou, ce 18 septembre, le président russe Vladimir Poutine a répondu à la question d'un journaliste concernant le crash de l'avion de reconnaissance russe Iliouchine 20 près des côtes syriennes. «Cela ressemble à une succession de circonstances tragiques», a-t-il déclaré. «Quand il y a des gens qui meurent, c'est toujours un grand malheur», a poursuivi le chef de l'Etat russe qui a présenté ses condoléances aux proches des 15 soldats qui étaient à bord de l'appareil au moment où il a disparu des écrans radars au-dessus de la Méditerranée, au large de la Syrie.

  • L'armée israélienne a réagi en disant «tenir le régime d'Assad, dont l'armée a abattu l'avion russe, pour entièrement responsable de cet incident». Israël a ajouté que l'Iran et «l'organisation terroriste du Hezbollah» étaient responsables de ce drame.

    Tsahal précise que ses avions n'étaient plus dans la zone lorsque les tirs syriens ont été effectués et que ceux-ci sont dus au caractère «imprécis» des systèmes anti-aériens syriens.

    Israël a également annoncé qu'il partagerait avec l'armée russe toutes les informations pertinentes dont il dispose pour mener à bien l'enquête.

  • La Russie a annoncé qu'elle convoquait l'ambassadeur d'Israël à Moscou. En Israël, un porte-parole du ministère des Affaires étrangères a refusé de commenter cette convocation, assurant n'avoir «rien à dire» à ce sujet. 

Découvrir plus

Le ministère russe de la Défense a fait savoir le 18 septembre qu'un avion russe Il-20 avait disparu la veille au soir au-dessus de la Méditerranée avec 15 membres d'équipage à son bord. Moscou attribue ce tir à la défense anti-aérienne syrienne.

L'Il-20 aurait disparu des écrans radars lors de l'attaque de quatre avions israéliens de type F-16, lancée sur plusieurs cibles syriennes dans la région de Lattaquié : ces éléments conduisent Moscou à tenir Israël pour responsable en raison de ses actions «irresponsables» et «provocatrices», qui auraient semé la confusion.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter