«Nous prendrons les terres par la force» : l'Afrique du Sud au bord des affrontements raciaux

«Nous prendrons les terres par la force» : l'Afrique du Sud au bord des affrontements raciaux© WIKUS DE WET / AFP
Une exploitation agricole près de Bothaville en Afrique du Sud (image d'illustration).

La tension monte d'un cran en Afrique du Sud alors qu'un politicien noir propose d'en découdre directement avec les Blancs. La confiscation controversée des terres proposée par le président sud-africain menace de plonger le pays dans le chaos.

Si le nombre d'homicides et de faits divers de nature raciste a explosé en Afrique du Sud ces dernières années, le pays pourrait franchir un nouveau seuil qui ressemblerait de plus en plus à une guerre civile de nature ethnique.

«Nous prendrons les terres par la force», a menacé Peter Seolela, un homme politique noir, membre du parti d'extrême gauche des Combattants pour la liberté économique. «Nous ne nous embarrasserons pas. C'est notre terre et nous la reprendrons», a-t-il ajouté dans un reportage publié le 29 août par le média britannique ITV, qui évoque un «champ de bataille» en Afrique du Sud. 

Cette déclaration inquiétante fait suite à la rébellion de fermiers blancs face à la perspective d'une expropriation de leurs terres, qui pourrait être inscrite dans la Constitution sud-africaine par le parti du Congrès national africain (ANC), dont Nelson Mandela fut le président. Annoncée le 31 juillet dernier par l'actuel chef de l'Etat sud-africain Cyril Ramaphosa – également issu de l'ANC – la modification de la Constitution devrait accélérer l'expropriation sans compensation des terres arables et leur redistribution en faveur de la population noire du pays.  

Le 20 février 2018, dans son discours sur l'état de l'Union, Cyril Ramaphosa avait déjà  promis de saisir les terres arables détenues par les fermiers blancs depuis le 17e siècle afin qu'elles soient redistribuées à des fermiers noirs. Il avait ainsi affirmé vouloir «soigner les divisions du passé, pour établir une société basée sur des valeurs démocratiques, la justice sociale et les droits de l'homme».

Lire aussi : Zimbabwe : à quelques jours de la présidentielle, le président Mnangagwa rassure les fermiers blancs

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter