Crise migratoire : la gauche veut des logements, la droite, des charters

Nadine Morano© Wikipedia
Nadine Morano

Tandis que l'afflux de migrants s'intensifie en Europe, les politiques se mettent à faire des propositions très différentes. En témoigne le «clash» entre Bruno Julliard et Nadine Morano dont le point de vue sur la situation diverge au maximum.

Trouver des logements aux migrants

Ce matin, Bruno Julliard, premier adjoint à la maire de Paris Anne Hidalgo, s'exprimant sur les ondes de la radio RTL, a appelé à «réquisitionner des bâtiments vides face à l'afflux de migrants» qui allait «s'intensifier dans les prochains mois».

Aussitôt, l'ex secrétaire d'État chargée de la Famille sous la présidence de Nicolas Sarkozy et désormais député européenne Nadine Morano s'est insurgé contre cette proposition via son compte Facebook. 

«Un travail aussi ? Une assurance sociale, la CMU ? Payés par ceux qui travaillent ?»

C'est avec ces mots que Nadine Morano a réagit à la proposition de Bruno Julliard, ajoutant que Paris devenait «sale», «envahie de SDF» et qu'il fallait plutôt «réquisitionner des avions pour expulser les migrants». 

Le post Facebook de Nadine Morano dans lequel elle critique violemment la propositionnde Bruno Julliard.© Capture d'écran Facebook
Le post Facebook de Nadine Morano dans lequel elle critique violemment la propositionnde Bruno Julliard.

La député européenne s'est montrée en effet particulièrement irritée par la proposition de l'adjoint à la maire de Paris qui selon elle, va créer «un appel d'air considérable à l'immigration illégale avec l'espoir d'un potentiel logement».

En savoir plus : Migrants, une crise mondiale potentiellement explosive

La question des migrants divise, en Allemagne aussi 

Si en France, les politiques de gauche et de droite ont des visions complétement opposées sur l'attitude à adopter face à l'afflux de migrants, outre-Rhin, où le soutien aux réfugiés semblait jusque là rester prépondérent, la question commence également à diviser l'opinion publique.

Selon un rapport de l'institut de statistiques allemand Destatis, le nombre de personnes immigrées se trouvant actuellement en Allemagne s'élève désormais à 11 millions, soit une augmentation de 10% depuis l'année 2011, tandis que la population autochtone allemande a chuté de 1,4%.

La publication du rapport intervient alors que les tensions commencent à monter en Allemagne sur la question migratoire. Le nombre de réfugiés arrivant sur le sol allemand devrait en effet, plus que doubler cette année (450 000) par rapport à l'année dernière (200 000).

Un sondage d'opinion réalisé la semaine dernière outre-Rhin a montré que le soutien aux politiques pro-réfugiés du gouvernement était en baisse. De plus, le sentiment d'hostilité envers les migrants commence, lui, à croître : au moins 150 incendies criminels visant des abris de migrants ont été enregistrés en Allemagne les six premiers mois de 2015.

L'Allemagne, qui a toujours accepté un nombre important de migrants et de travailleurs étrangers, notamment venus d'autres pays européens tels que la Pologne, la Roumanie, l'Italie, la Bulgarie et la Hongrie, pour «booster» son économie, a de plus en plus de mal à faire face à l'afflux de réfugiés fuyant la guerre et de la violence au Moyen-Orient en Asie et en Afrique. 

En savoir Plus : En Allemagne, le nombre d'immigrés est le plus haut en 10 ans

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Enquêtes spéciales