Le port du burkini pour les élèves musulmanes lors des cours de natation agite l'Allemagne

Le port du burkini pour les élèves musulmanes lors des cours de natation agite l'Allemagne© FETHI BELAID Source: AFP
Une femme en burkini nage dans la piscine d'un hôtel de la ville tunisienne de Mahdia, le 31 août 2012 (Image d'illustration)

Le ministre allemand de la famille et des personnes âgées Franziska Giffey s’est dite favorable au port du Burkini par des écolières de confessions musulmanes lors des cours de natation. Selon elle, il faciliterait leur intégration.

Le burkini facteur d’intégration ? Selon Franziska Giffey, ministre social-démocrate allemand (SPD) de la Famille et des Personnes âgées, les écolières de confession musulmane ne souhaitant pas montrer leurs corps devraient avoir le droit de revêtir un maillot intégral afin de participer aux cours de natation.

«Le plus important est surtout le bien-être des enfants, et cela implique que tous puissent apprendre à nager», a-t-elle déclaré le 24 juin au cours d'un événement organisé par l’hebdomadaire allemand Die Zeit. Une position loin d’être partagée par Julia Klöckner, cadre de l'Union chrétienne-démocrate (CDU) d'Angela Merkel. Pour elle, le burkini constitue une forme de discrimination envers les femmes et n’a pas sa place dans un lieu où «les enfants […] doivent se développer librement». 

Face à la polémique suscitée par ses propos au sein de la classe politique allemande, mais également sur les réseaux sociaux, Franziska Giffey a tenu à préciser, dans un communiqué aux airs de rétro-pédalage publié sur sa page Facebook, que sa position n'excluait pas que le burkini en tant que tel puisse poser certains «problèmes». «Pendant des années, je me suis engagée à adopter une approche cohérente contre la violence à l'égard des femmes […]. Les femmes et les hommes sont égaux», a-t-elle écrit.

Quelques semaines plus tôt, une école de Rhénanie-du-Nord-Westphalie avait proposé à ses élèves musulmanes des burkinis, suscitant un tollé dans le pays. Son directeur avait alors expliqué qu'il s'agissait de permettre à ces élèves de suivre les cours de natation avec leurs camarades et leur éviter d'être systématiquement «exclues». 

Lire aussi : Une famille aurait été contrainte de payer la désinfection d'une piscine pour port de burkini

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter