«Honte à vous»: un membre de l'administration US contraint de quitter un restaurant mexicain (VIDEO)

«Honte à vous»: un membre de l'administration US contraint de quitter un restaurant mexicain (VIDEO)© Brendan Smialowski Source: AFP
La secrétaire d'Etat à la sécurité intérieure Kirstjen Nielsen lors d'une conférence de presse à la Maison Blanche le 18 juin 2018 à Washington DC. (image d'illustration)

La responsable de la sécurité intérieure des Etats-Unis a été huée ce 19 juin dans un restaurant mexicain de Washington DC par des activistes. Sous les cris de «excusez-vous !» et «honte à vous !», elle a dû quitter l'établissement précipitamment.

La secrétaire d'Etat américaine à la sécurité intérieure Kirstjen Nielsen a vu des activistes interrompre avec fracas son dîner dans un restaurant mexicain de Washington ce 19 juin. Aux cris de «honte à vous», plusieurs militants de Metro DC Democratic Socialists of America l'ont en effet prise à partie alors qu'elle était attablée. Dans une vidéo de près de dix minutes publiée sur les réseaux sociaux, on peut la voir tête baissée dans la pénombre.

«Secrétaire Nielsen [...], comment pouvez-vous prendre plaisir à manger mexicain alors que vous déportez et emprisonnez des dizaines de milliers de personnes venues demander l'asile aux Etats-Unis ?», lui lance un homme, l'accusant d'être «complice» de la séparation d'enfants de leurs parents. Plusieurs personnes lui crient également «excusez-vous !» et «honte à vous !».

Donald Trump prône la «tolérance zéro»...

Après quelques instants, Kirstjen Nielsen quitte le restaurant et s'engouffre dans un véhicule.

La femme âgée de 46 ans se retrouve en première ligne pour justifier les séparations controversées de familles de clandestins à la frontière américaine. Lors d'une conférence de presse organisée le 18 juin à la Maison Blanche, elle s'est affirmée comme le visage de la «tolérance zéro» prônée par Donald Trump. Le gouvernement «appliquera toutes les lois à sa disposition», même si cela signifie écarter des enfants de leurs parents, avait-t-elle expliqué.

... et salue le «formidable travail» de sa secrétaire d'Etat

La mesure a déclenché un tollé national et a même été condamnée par des élus républicains. Melania Trump ainsi que quatre anciennes premières dames ont également fait part de leur désapprobation. Elles sont en effet sorties de leur réserve habituelle en plaidant le 17 juin en faveur d'un accord rapide au Congrès pour adopter une réforme de l'immigration. Le président américain Donald Trump a tweeté ce 20 juin son soutien à sa secrétaire d'Etat. Il a estimé qu'elle avait fait un «formidable travail» lors de sa conférence de presse en expliquant les mesures de sécurité prises par les Etats-Unis à leur frontière avec le Mexique.

L'administration Trump a également cité un passage de la Bible qui lui a paru opportun pour justifier la séparation des enfants de migrants clandestins. Lors d'une rencontre avec les policiers de l'Etat de l'Indiana le 14 juin, le procureur général des Etats-Unis Jeff Sessions a ainsi déclaré : «Je pourrais vous renvoyer à l'apôtre Paul et à son commandement clair et sage, dans Romains 13, qu'il faut obéir aux lois du gouvernement car Dieu les a décrétées afin d'assurer l'ordre.»

La mobilisation prend de l'ampleur aux Etats-Unis

Le 15 juin, le gouvernement américain a révélé que sa nouvelle politique de tolérance zéro à la frontière avec le Mexique avait conduit depuis mi-avril 2 000 enfants à être séparés de leurs parents, arrêtés pour être entrés illégalement aux Etats-Unis. Depuis, la contestation prend de l'ampleur dans le pays, notamment après la diffusion d'images montrant des enfants et adolescents séparés de leurs parents dans des parcages clôturés. Plusieurs manifestations spontanées se sont déroulées aux Etats-Unis. En outre, sept gouverneurs ont démobilisé leurs troupes de la garde nationale stationnées à la frontière. Au Capitole, Donald Trump a également été interpellé avec virulence par plusieurs élus.

Politiques, journalistes, artistes : de nombreuses voix se sont fait entendre pour dénoncer le durcissement de la politique d'immigration américaine. Dernière en date, Rachel Maddow, la journaliste star de la chaîne américaine MSNBC, qui n'a pas pu retenir ses larmes à l'antenne.

Lire aussi : L'ancien chef de la CIA compare la politique d’immigration américaine à celle de l’Allemagne nazie

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter