Trump tweet ses propres photos du G7 et s'en prend à la partialité des «médias fake news»

Trump tweet ses propres photos du G7 et s'en prend à la partialité des «médias fake news» © Capture d'écran Twitter @realDonaldTrump
Donald entouré d'Emmanuel Macron et de Justin Trudeau lors du G7 au Canada

Donald Trump a diffusé plusieurs photos du sommet du G7 où lui et les autres dirigeants apparaissent tout sourire, assurant que contrairement à ce que voulaient faire croire les médias, il entretient une bonne relation avec ses homologues.

Le président américain Donald Trump a fermement nié que ses relations avec les autres dirigeants du G7 fussent mauvaises, accusant les médias de ne diffuser que des photos validant cette hypothèse.

«Les médias "Fake News" ont dit que je ne me suis pas entendu avec les autres dirigeants du G7 au Canada. Ils se sont une nouvelle fois trompés», a tweeté le président américain le 16 juin. Il n'a pas manqué d'accompagner son message de photos où on le voit tout sourire avec Emmanuel Macron et Justin Trudeau, ou encore avec Theresa May.

Dans un autre message, il a diffusé un cliché qui prend le contrepied de la photo qui a fait le tour du monde où il est assis dans une position de défiance, entouré de tous les dirigeants qui sont debout. Sur la photo qu'il a mise en ligne, on voit la même scène, mais le président américain est cette fois-ci souriant et pose sa main sur celle de la chancelière allemande, qui esquisse elle aussi un sourire. «J'ai une très bonne relation avec Angela Merkel, mais les médias Fake News, ne montrent que de mauvaises photos (qui sous-entendent la colère) de la négociation, où je demande ce qu'aucun autre président américain ne demanderait !», a-t-il ainsi affirmé.

Pour de nombreux observateurs, la photo prise par l'équipe de la chancelière allemande, devenue virale après avoir été postée sur le compte Instagram de cette dernière, illustrait parfaitement l'atmosphère tendue qui régnait au sein du G7. En cause, les tensions provoquées par la décision du président américain d'imposer des taxes sur l'aluminium et l'acier à l'Union européenne et au Canada. Décision fortement contestée par les dirigeants des pays concernés. 

Le sommet s'est d'ailleurs terminé sur une note amère, Donald Trump ayant d'une part, retiré le 9 juin son soutien au communiqué final, et d'autre part, évoqué la possibilité de nouvelles taxes douanières, sur les voitures étrangères importées aux Etats-Unis, à cause de l'attitude du Premier ministre canadien Justin Trudeau, qu'il a qualifié de «malhonnête et faible».

Lire aussi : Ce qu'implique l'humiliation du G7 par Donald Trump

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter