Les journalistes en colère après la «fake news» de l'Ukraine sur la mort d'Arkadi Babtchenko

Les journalistes en colère après la «fake news» de l'Ukraine sur la mort d'Arkadi Babtchenko© Valentyn Ogirenko Source: Reuters
Arkadi Babchenko lors d'une interview à Kiev, le 31 mai 2018

La mise en scène de la fausse mort du journaliste russe Arkadi Babtchenko continue de faire réagir. Par le biais de son président, la Fédération internationale des journalistes exprime ce 31 mai son indignation et évoque une manipulation.

La mise en scène de la mort du journaliste russe Arkadi Babtchenko organisée avec l’aide des plus hautes autorités ukrainiennes n’est pas du goût de la Fédération internationale des journalistes (FIJ). Si elle se réjouit, ce 31 mai, que le journaliste russe soit toujours en vie, elle n’a pas pour autant épargné le procédé de ses critiques.

«En répandant faussement la nouvelle de son assassinat, les autorités ukrainiennes ont gravement porté atteinte à la crédibilité de l'information, et leur communication court le risque d'être prise pour une opération de propagande», déplore dans un communiqué Philippe Leruth, le président de la FIJ.

«Nous ne sommes plus dans une affaire journalistique, mais dans un grand cirque orchestré par des militaires et par un journaliste qui était menacé de mort depuis des semaines», s’indigne le secrétaire général de la FIJ, Anthony Bellanger, dans le même communiqué.

«Il est intolérable de mentir aux journalistes du monde entier et de tromper des millions de citoyens qui se sont émus à juste titre de ce soi-disant assassinat. Il est inadmissible enfin d’orchestrer la mort d’un journaliste, surtout quand deux d’entre eux tombent toutes les semaines depuis janvier, dont le dernier au Mexique ce 29 mai», estime-t-il par ailleurs.  

Dans son communiqué, le FIJ rappelle que «le journalisme est la recherche de la vérité et que toute manipulation de l’information entache de manière dramatique la crédibilité des médias et de la profession dans son ensemble».

Une partie de la presse n’épargne pas Arkadi Babtchenko

Même tonalité au sein d’une partie de la presse. The Guardian compare cette affaire aux romans de l’auteur ukrainien Andrei Kourkov, dont les histoires«tournent souvent autour des meurtres sous contrat».

Le Monde, dans un éditorial titré «une manipulation toxique», craint que cette mise en scène ne «donne du grain à moudre aux fanatiques des théories du complot et autres pourfendeurs des médias et des journalistes…».

Par ailleurs, de nombreux journalistes ont également fait part de leur exaspération. «Donc maintenant à chaque fois qu'un journaliste est assassiné, les responsables vont lâcher leurs propagandistes et leurs robots pour dire que c'est une fake news. Merci les services de sécurité ukrainiens, c'est très utile pour tous ceux qui se préoccupent de la sécurité des journalistes», a écrit sur Twitter Lindsey Hilsum, journaliste de la chaîne britannique Channel 4. 

Lire aussi : «Elvis est vivant ! » : le retour d'Arkadi Babtchenko d'entre les morts enflamme les réseaux

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»