La vidéo choc de policiers américains frappant une jeune mère sur une plage fait le tour du web

La vidéo choc de policiers américains frappant une jeune mère sur une plage fait le tour du web© Twitter, @HewittLexy
Sur une plage du New Jersey le 26 mai, la jeune Emily Weinman au sol, avant de prendre un coup de poing dans la tempe par un policier qui voulait l’interpeller car elle avait refusé de lui donner son identité.

Sur une plage du New Jersey, une jeune femme suspectée par des policiers d’avoir consommé une bière malgré un test d’alcoolémie négatif, leur a lancé : «Vous n’avez rien de mieux à faire ?» Après l’avoir frappée à la tête, les agents l’ont menottée.

Le 26 mai, sur une jolie plage ensoleillée du New Jersey aux Etats-Unis, baigneurs et familles prennent un agréable bain de soleil. Quand soudain une jeune fille est tirée de sa torpeur par des hurlements et a le réflexe de filmer. Sa voisine de serviette, une jeune femme brune en short, est frappée à la tempe par des policiers qui l'interpellent. La vidéo a depuis été vue plus de 3,6 millions de fois.

Sur la vidéo, on entend la jeune femme crier : «Vous n’avez pas le droit de me taper comme cela, de m'étouffer [...] Je ne résiste pas, je n’ai rien fait de mal.»

Vous n’avez pas le droit de me taper comme cela

La mère de famille en question, Emily Weinman, 20 ans, se trouvait avec son bébé, le père de l’enfant et un ami, sur la plage ce jour-là. Ils avaient apporté des bières. Or, consommer de l'alcool est un délit pour les jeunes de moins de 21 ans, mineurs aux Etats-Unis.

Coups de poing dans la tête

Emily Weinman a publié sa version des faits sur Facebook. Elle raconte que les policiers l’ont suspectée d’avoir commis l’infraction de consommer de l’alcool sur la plage en tant que mineure et lui ont fait passer un test d’alcoolémie par l’haleine. Le test se serait révélé négatif et les bouteilles de bières auraient été hermétiquement fermées – le rapport de police diffusé sur Facebook, en effet, n'évoque pas de consommation d'alcool.

La jeune fille aurait pensé que l'incident était clos et se serait éloignée pour passer un appel téléphonique. Suivie par l'un des policiers, et agacée par son obstination, elle lui aurait lancé : «Vous n’aviez rien de mieux à faire de votre temps ?» Son impertinence a dû déplaire au policier qui lui aurait déclaré : «J’allais vous laisser tranquille mais puisque c’est comme ça, vous allez me donner votre identité.» Emily Weinman aurait alors refusé, craignant d’être emmenée. Elle explique dans son texte qu'elle ne voulait pas laisser sa fille et qu’elle avait peur, ne sachant pas jusqu’où la situation pouvait la mener, exprimant son manque de «confiance» en les forces de l'ordre.

C’est alors que les trois policiers l'ont violemment interpellée, lui pressant la tête dans le sable et la frappant deux fois de leur poing dans la tempe. Pendant ce temps, le père du bébé revenu de son bain, retient celui-ci, qui hurle devant la scène de violence. D'autres jeunes gens en maillots de bain assistent à la situation sans réagir.

La police rapporte que la jeune fille aurait craché et donné un coup de pied

Selon le Huffington Post, le maire de la ville de Wildwood (New Jersey), Ernie Troiano Jr, a rapporté que la jeune fille avait également insulté un des policiers et craché sur lui. Il assure également que les vidéos des agents le montreront. Mais rien n'a été publié depuis deux jours.

La police de Wildwood va inculper la jeune fille – qui avait eu des démêlés avec la justice deux ans auparavant – pour un coup de pied et un crachat sur agent. Elle sera aussi inculpée de résistance, d’obstruction, d’inconduite, et de possession d’alcool en tant que mineure. Cette altercation avec les policiers pourrait lui valoir plusieurs années de prison.

La police a aussi informé qu’une enquête interne avait été initiée et que les policiers impliqués avaient été temporairement affectés à des tâches administratives.

Lire aussi : Iran : la vidéo d'une jeune femme malmenée par la police des mœurs choque le pays (VIDEO)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter