Elections législatives en Irak : les électeurs boudent les urnes

- Avec AFP

Elections législatives en Irak : les électeurs boudent les urnes© HAIDAR MOHAMMED ALI Source: AFP
Une femme irakienne vote dans un bureau de vote à Bassorah, dans le sud du pays, le 12 mai 2018 (Illustration)

Les premières élections législatives depuis la victoire militaire sur les djihadistes de l’Etat islamique (EI) n’ont pas suscité de grand engouement. Moins d’un Irakien sur deux s’est rendu aux urnes le 12 mai afin d'élire un nouveau Parlement.

Les Irakiens ont infligé le 12 mai un véritable désaveu à leur classe politique en boudant les premières élections législatives organisées depuis la défaite du groupe Etat islamique (EI).

Pour ce scrutin qui doit permettre de décider si le Premier ministre Haider al-Abadi, parvenu à son poste en 2014 conformément à un accord tacite entre les Etats-Unis et l'Iran, restera aux manettes, seuls 44,52% des 25,5 millions d'inscrits se sont rendus aux urnes. La participation n'a été importante que dans la région autonome du Kurdistan et dans celle de Mossoul, l'ancienne «capitale» de l'EI dans le nord. Quant aux premiers résultats, ils devraient être connus le 15 mai. 

Une classe politique jugée corrompue

Ce vote, clos sans incidents majeurs, devait aboutir à la désignation des 329 députés qui auront la charge notamment de veiller à la bonne utilisation des 30 milliards de dollars d'engagements internationaux pour la reconstruction de l'Irak, mais la population craint que cet argent ne finisse dans les poches des responsables politiques.

Si plus d'un électeur sur deux n'a pas daigné aller voter, beaucoup de ceux qui se sont rendus dans les bureaux de vote ont affiché leur désir de changement pour remettre sur pied un pays en lambeaux après trois ans de guerre contre l'EI. Quelle que soit leur confession ou leur province, nombre d'Irakiens affirmaient voter pour chasser les «requins de la corruption», car la principale tâche du nouveau Parlement sera de superviser la reconstruction de l'Irak.

«J'ai voté pour un candidat qui ne s'est jamais présenté, j'espère que ces nouveaux répondront aux souhaits des Irakiens qui souffrent de la corruption depuis 15 ans», explique Mohammed Jaafar, 80 ans, dans la province de Diwaniyah, au sud de Bagdad. A Mossoul, Omar Abed Mohammed, un chômeur de 32 ans, a également voté «pourchanger les visages de ceux qui ont conduit à la destruction du pays». A Qaraqosh, une ville chrétienne proche de Mossoul, les électeurs veulent la «stabilité» pour «faire cesser l'exode» des chrétiens dans une cité où seule une petite partie des 50 000 habitants est revenue après trois années d'occupation djihadiste.

A Bagdad, Sami Wadi, un retraité de 74 ans, a confié avoir voté «pour sauver le pays du confessionnalisme et de la corruption». Si la plupart des dirigeants politiques ont voté dans la «zone verte», un secteur ultra-protégé de la capitale où ils résident, le Premier ministre s'est fait un point d'honneur de déposer son bulletin à Karrada, son quartier. 

La confrontation américano-iranienne en toile de fond

Pour la première fois, les partis chiites se présentent en rangs dispersés en raison d'une lutte pour le pouvoir entre les hommes forts de cette communauté, majoritaire. Face à Haider al-Abadi, son prédécesseur Nouri al-Maliki, qui n'a pas digéré d'avoir été écarté en 2014, et Hadi al-Ameri, un proche de l'Iran qui a même combattu sous son drapeau dans la guerre avec l'Irak (1980-1988), sont sur les rangs. Ce dernier est à la tête d'une liste regroupant les anciens du Hachd al-Chaabi, ces supplétifs qui ont été déterminants pour chasser l'EI.

Figurent aussi les listes des représentants de deux lignées de hauts dignitaires religieux : celle d'Ammar al-Hakim et celle du leader populiste Moqtada Sadr, qui a conclu une alliance inédite avec les communistes. La parcellisation des chiites ne devrait toutefois pas changer l'équilibre des forces entre communautés, dans un système calibré pour qu'aucune formation ne soit en position dominante afin d'éviter le retour à la dictature.

C'est au moment de la formation du gouvernement que l'Iran, avec les forces qui lui sont acquises, et les Etats-Unis devraient manœuvrer pour empêcher que l'Irak ne tombe dans le camp de l'autre. Dès le jour de l’élection, le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a plaidé pour un «gouvernement de rassemblement» avec lequel son pays est «prêt à coopérer [...] en continuant à bâtir une relation à long terme de coopération et d'amitié». 

Autre nouveauté : les Kurdes risquent de perdre au moins dix sièges sur les 62 obtenus lors de la législature précédente, et par là-même, leur statut de faiseurs de rois. En rétorsion au référendum d'indépendance qui s'est tenu en septembre dernier, Bagdad leur a repris les zones disputées dont la province pétrolière de Kirkouk. A l’instar du Premier ministre du Kurdistan irakien Netchirvan Barzani les dirigeants kurdes ont ainsi appelé à l'unité. Enfin, la minorité sunnite, qui a dominé l'Irak jusqu'au renversement de Saddam Hussein par une intervention armée il y a 15 ans, devrait rester marginalisée. 

Ces élections interviennent alors que les tensions régionales sont aiguës, Washington et Téhéran étant à nouveau à couteaux tirés après le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le programme nucléaire de la République islamique.

Lire aussi : L'Irak annonce la fin de la guerre contre Daesh, célébrations à Bagdad

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.