Moscou et Téhéran battent en brèche le «nouvel accord» nucléaire iranien proposé par Macron

Moscou et Téhéran battent en brèche le «nouvel accord» nucléaire iranien proposé par Macron© Reuters Photographer Source: Reuters
Vladimir Poutine et Hassan Rohani, illustration.

Le Kremlin et le chef d'Etat iranien ont vivement critiqué le 25 avril l'idée d'un «nouvel accord» sur le nucléaire iranien, proposée par Emmanuel Macron à Donald Trump lors de sa visite à Washington.

La proposition d'Emmanuel Macron de «nouvel accord» sur le nucléaire iranien, formulée le 24 avril à l'adresse de Donald Trump, n'a guère été du goût de Téhéran.

Le lendemain, le président de la République islamique d'Iran Hassan Rohani a contesté la légitimité d'une telle proposition, évoquée en conférence de presse à Washington entre les présidents français et américain. «Ils disent : "nous voulons décider pour un accord conclu à sept." Pour quoi faire ? De quel droit ?», s'est indigné le chef d'Etat dans un discours à Tabriz, dans le nord de l’Iran, en référence à l'accord historique signé à Vienne, le 14 juillet 2015, par sept pays : les Etats-Unis, la Russie, la Chine, la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne et bien sûr l'Iran. Cet accord sur le nucléaire iranien, conclu après des années d'âpres négociations, prévoit entre autres que Téhéran gèle son programme nucléaire jusqu'en 2025.

Outre le président iranien, le porte-parole du Kremlin, Dmitri Peskov, a déclaré le 25 avril qu'il n'y avait pas d'autre option que l'accord actuel. «Nous sommes pour que l'accord soit préservé dans son état actuel. Nous estimons que pour l'heure, il est sans alternative», a martelé Dmitri Peskov devant la presse.

Après avoir défendu l'accord existant, Macron en propose un nouveau

Le 12 mai, Donald Trump doit dire s'il rompt ou non l'accord sur le nucléaire iranien qu'il juge insuffisant. Devant ce risque, le président français a proposé de «travailler sur un nouvel accord» alors que jusque là, il se satisfaisait de celui de 2015. «Nous avons un désaccord sur le JCPOA», a reconnu Emmanuel Macron, le 24 avril à Washington, en usant de l'acronyme anglais de l'accord sur le nucléaire iranien. 

Un «petit groupe» de ministres a déjà commencé à travailler sur le sujet, selon le chef d'Etat français, et ils se réuniront de nouveau «bientôt». La France propose de discuter de ce nouvel accord avec ses alliés européens, mais aussi «bien sûr, avec la Russie et la Turquie». La proposition d'Emmanuel Macron impliquerait des négociations sur quatre questions, dont le maintien de l'interdiction d'enrichissement de l'uranium et la fin des «activités balistiques de l'Iran dans la région».

Lire aussi : Syrie, Iran : à la Maison Blanche, Trump et Macron tentent de rapprocher leurs positions

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»