Gaza : l'aviation israélienne bombarde des «cibles militaires» après une «tentative d'infiltration»

- Avec AFP

Gaza : l'aviation israélienne bombarde des «cibles militaires» après une «tentative d'infiltration»© Amir Cohen Source: Reuters
Des soldats israéliens près de la frontière avec Gaza le 6 avril 2018. (image d'illustration)

L'enclave palestinienne de Gaza a été la cible ce 9 avril de bombardements de la part de Tsahal. L'aviation israélienne visait des cibles «militaires», en représailles à l'infiltration présumée la veille de Palestiniens en Israël.

L'aviation israélienne a mené ce 9 avril un raid contre des «cibles militaires» du Hamas palestinien dans le nord de Gaza, en représailles à des infiltrations de Palestiniens la veille en territoire israélien pour poser des bombes, selon un communiqué de l'armée. Il n'y avait pas dans l'immédiat d'informations sur d'éventuels dégâts ou victimes à la suite de ces frappes.

La veille, selon Tsahal, des suspects avaient franchi la clôture érigée à la frontière entre Gaza et Israël et avaient déposé des «engins explosifs».

Lire aussi : D'après Moscou, deux avions israéliens ont mené des frappes contre une base syrienne

Flambée de violences entre manifestants gazaouis et Tsahal

A la frontière entre Gaza et Israël, neuf Palestiniens dont un journaliste ont été tués et plus de 400 blessés par des soldats israéliens lors de protestations ce 6 avril.

Le 8 avril, le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Fatou Bensouda, avait appelé à mettre un terme aux violences dans la bande de Gaza, avertissant que la cour pourrait juger les auteurs de crimes de guerre.

Israël a fait face à de vives critiques des organisations de défense des droits de l'homme, y compris israéliennes, pour son recours aux tirs à balles réelles contre les manifestants lors des mobilisations de la «marche du retour» organisée par les Palestiniens.

Le 30 mars, début d'une série de manifestations palestiniennes pour réclamer le retour des réfugiés et la fin du blocus de Gaza par Israël, les violences avaient déjà coûté la vie à 19 Palestiniens et blessé quelque 1 400 autres, la journée la plus sanglante depuis la guerre de 2014 entre Israël et le Hamas palestinien.

Lire aussi : «Marche du retour» : neuf Palestiniens, dont un journaliste, tués lors du rassemblement du 6 avril

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter