Skripal : les experts britanniques se disent incapables de prouver l'origine russe du poison

- Avec AFP

Skripal : les experts britanniques se disent incapables de prouver l'origine russe du poison© I-Images / Global Look Press
Les experts britanniques annoncent ne pas pouvoir prouver l'origine russe du poison ayant tué Sergueï Skripal

Le chef du laboratoire militaire britannique de Porton Down, Gary Aitkenhead, a déclaré qu'il n'avait pas été capable de déterminer que l'agent innervant utilisé pour empoisonner l'ancien agent double russe Sergueï Skripal provenait de Russie.

«Nous avons été capables d'identifier qu'il s'agissait du Novitchok, d'identifier que c'était un agent innervant de type militaire», a déclaré ce 3 avril Gary Aitkenhead, chef du très secret laboratoire militaire britannique de Porton Down, qui se trouve être à 10 kilomètres de Salisbury, où Sergueï Skripal et sa fille ont été empoisonné le 4 mars 2018. «Nous n'avons pas identifié sa source exacte mais nous avons transmis l'information scientifique au gouvernement, lequel a utilisé un certain nombre d'autres sources afin d'élaborer les conclusions auxquelles vous êtes arrivés», a-t-il ajouté lors d'une interview diffusée sur la chaîne Sky News.

En clair, le laboratoire spécialisé aurait fourni au gouvernement britannique des informations concernant le Novitchok, utilisées dans l'argumentaire antirusse du Premier ministre britannique Theresa May. Mais ces informations n'étaient pas spécifiques à l'empoisonnement de Sergueï Skripal et de sa fille Ioulia le 4 mars 2018 à Salisbury.

«C'est notre travail de fournir des preuves scientifiques de ce qu'est cet agent neurotoxique [et] nous l'avons identifié comme faisant partie de cette famille [du Novitchok], et il s'agit bien de fabrication militaire», a-t-il encore précisé, avant d'ajouter : «Mais ce n'est pas notre travail de déterminer où il a été fabriqué.»

Le 4 mars, l'ancien agent double Sergueï Skripal et sa fille de 33 ans Ioulia ont été empoisonnés par un agent innervant à Salisburry, dans le sud de l'Angleterre. Le 14 mars, Londres avait désigné Moscou comme responsable de cette attaque sur son territoire, Theresa May estimant, sans présenter de preuves, la culpabilité de la Russie comme «très probable».

Le Novitchok («petit nouveau» en russe) n'est pas répertorié sur la liste des armes chimiques prohibées par l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques. Son existence (et la formule permettant de l'obtenir) ont été rendues publiques par le chimiste russe Vil Mirzaïanov en 1992. Cet agent chimique, développé sous l'ère soviétique, est réputé être extrêmement dangereux et difficile (sinon impossible) à détecter. 

Moscou, qui qualifie l'affaire de «fabriquée par le Royaume-Uni contre la Russie», a également envoyé, le 31 mars, une liste de 14 questions au ministère britannique des Affaires étrangères, exigeant que Londres révèle les détails de son enquête. La Russie souhaite notamment comprendre pourquoi un accès consulaire aux deux citoyens russes empoisonnés lui a été refusé. Elle s'interroge aussi sur les antidotes qui leur ont été administrés : «Comment se fait-il que les médecins britanniques sur les lieux de l'incident avaient ces antidotes en leur possession ?»

Lire aussi : Moscou pose 10 questions à Paris sur son implication dans l'enquête sur l'affaire Skripal

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.