Le prince héritier saoudien envisage une guerre d'ici 10-15 ans avec l'Iran

Le prince héritier saoudien envisage une guerre d'ici 10-15 ans avec l'Iran © Amir Levy Source: Reuters
Le prince héritier saoudien Mohammad ben Salmane à l'ONU à New York, le 28 mars

Mohammed ben Salmane, le prince héritier du royaume saoudien, a averti qu'une guerre avec l'Iran était inévitable dans les 10-15 prochaines années à venir si la communauté internationale n'appliquait pas de nouvelles sanctions contre Téhéran.

Actuellement en visite aux Etats-Unis, Mohammed ben Salmane (surnommé MBS), le prince héritier et de facto dirigeant de l'Arabie saoudite, célèbre les 75 ans de l'alliance entre son royaume et Washington.

A cette occasion, il a, dans une interview au Wall Street Journal, appelé son partenaire privilégié – et plus largement la communauté internationale – à «exercer plus de pression» sur l'Iran. Et le dirigeant saoudien d'avertir que si aucunes nouvelles sanctions ne venaient à être émises contre Téhéran, un conflit serait selon lui inévitable à moyen terme. «Si nous ne réussissons pas dans ce que nous essayons de faire [imposer des sanctions à l'Iran], nous aurons probablement une guerre avec l'Iran d'ici 10-15 ans», a ainsi confié MBS dans cette interview.

La tournée à l'étranger de MBS s'inscrit dans un contexte de tensions toujours plus importantes entre l'Iran chiite et l'Arabie saoudite sunnite, deux puissances qui cherchent à asseoir leur hégémonie dans la région. La question syrienne est une sérieuse pierre d'achoppement dans leur opposition, notamment quant à l'avenir du président Bachar el-Assad, que Riyad veut voir partir mais qui a le soutien de Téhéran.

Au-delà d'un conflit par Etat interposé, le nouvel homme fort de Riyad avait également affirmé il y a quelques jours à la chaîne américaine CBS qu'il n'hésiterait pas à entrer dans une course aux armes nucléaires si Téhéran venait à développer sa propre bombe atomique. Au cours de cette interview MBS avait en outre comparé le Guide suprême à Hitler, avant d'accuser l'Iran d'héberger les dirigeants du groupe terroriste Al-Qaïda.

Des propos auxquels Téhéran avait vivement réagi, qualifiant le dirigeant saoudien de «simple d’esprit», et dénonçant ses «gros mensonges».

Lire aussi : «Si l'Iran développe une bombe nucléaire, nous ferons de même», assure le prince héritier saoudien

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.