«Eviter que le conflit en Syrie ne s'internationalise» : Le Drian s'entretient avec Lavrov à Moscou

«Eviter que le conflit en Syrie ne s'internationalise» : Le Drian s'entretient avec Lavrov à Moscou
Photo ©Yuri KADOBNOV / AFP

Le ministre français des Affaires étrangères s'est rendu à Moscou pour déterminer comment faire respecter concrètement le cessez-le-feu demandé par les Nations unies. La visite coïncide avec l'entrée en vigueur d'une trêve dans la Ghouta.

Le ministre français de l'Europe et des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian s'est rendu à Moscou ce 27 février 2018 pour rencontrer son homologue russe, Sergueï Lavrov. «Nous avons un agenda bien riche», a commenté celui-ci en introduction de leur conférence de presse. Et pour cause, la visite française coïncide avec l'entrée en vigueur d'une trêve annoncée par Moscou dans la Ghouta orientale, près de Damas, région que le gouvernement syrien tente de reconquérir et d'où des groupes armés rebelles djihadistes tels que Fatah al-Cham (anciennement Front al-Nosra, lié à al-Qaïda) ou l'Armée de l'Islam frappent régulièrement la capitale syrienne. 

La crise syrienne, principal sujet des débats

«Depuis le début du mandat du président Macron, notre dialogue avec la Russie est marqué par la régularité, et par la franchise, et par la recherche de solutions concrètes», a estimé pour sa part Jean-Yves Le Drian, rappelant la mise en place du dialogue de Trianon inauguré fin mai 2017 lors de la première rencontre entre Emmanuel Macron et Vladimir Poutine à Versailles.

Eviter que le conflit en Syrie ne s'internationalise davantage

Mais, au-delà du développement des relations bilatérales, les chefs des diplomaties française et russe se sont largement penchés sur la résolution du conflit syrien. «Il y a plusieurs objectifs qui nous sont communs sur la crise syrienne, que le président de la République rappelle régulièrement, d'abord l'importance prioritaire de la lutte contre le terrorisme», a souligné Jean-Yves Le Drian. «[La Russie et la France] ont la volonté d'éviter que le conflit en Syrie ne s'internationalise davantage et ne dégénère en conflit régional», a-t-il ajouté, alors que la Syrie est le théâtre d'un conflit dans lequel plusieurs puissances régionales telles que, entre autres, la Turquie et Israël, jouent un rôle. A ces Etats voisins de la Syrie s'ajoutent les Etats-Unis, qui interviennent sans l'accord de Damas à la tête de la coalition arabo-occidentale, à laquelle la France participe. La Russie a pour sa part lancé une opération militaire en soutien de l'armée syrienne contre les groupes terroristes en 2015, répondant à l'invitation du président Bachar el-Assad.

Le ministre français a en outre rappelé l'attachement de la France à l'«intégrité territoriale» de la Syrie, mais sans rentrer plus dans les détails, alors que la question du maintien du président syrien Bachar el-Assad au pouvoir dans le cadre d'une solution politique à la crise a fait l'objet de plusieurs prises de position différentes de la part de Jean-Yves Le Drian par le passé.

Obtenir des acteurs qu'ils acceptent la trêve

Quant à la mise en œuvre de la trêve humanitaire demandée par une résolution du Conseil de sécurité des Nations unies le 24 février, Jean-Yves Le Drian a souligné l'importance «d'obtenir des acteurs le fait qu'ils acceptent la trêve».

Les groupes armés rebelles prêts à respecter la trêve demandée par l'ONU ?

Chose plus facile à dire qu'à faire, alors que l'intérêt des rebelles dans la Ghouta semble être de réactiver les combats contre les forces gouvernementales. Le 23 février, les groupes armés rebelles, parmi lesquels les terroristes de Fatah al-Cham (alias Front al-Nosra, lié à al-Qaïda) et Jaïch al-Islam («Armée de l'Islam») avaient ainsi rejeté tout plan d'évacuation des civils et des combattants hors de leur fief de la Ghouta. Le chef de la diplomatie russe, Sergueï Lavrov, venait en effet de proposer aux rebelles un plan d'évacuation de la Ghouta orientale. «Je voudrais exprimer mon espoir que les opposants qui continuent de frapper Damas [depuis leurs positions dans la Ghouta orientale] se montreront responsables et respecteront les exigences du Conseil de Sécurité», a déclaré ce 27 février Sergueï Lavrov.

Il faudra vérifier dans la pratique à quel point les assurances [données par l]es groupes armés quant [à leur] respect de la résolution de l'ONU correspondent à leurs intentions

Alors que le groupe armé rebelle salafiste Jaïch al-Islam avait déjà rejeté le 23 février dernier une proposition d'évacuation de la Ghouta, Sergueï  Lavrov s'est montré prudent. «Il faudra vérifier dans la pratique à quel point les assurances [données par l]es groupes armés quant [à leur] respect de la résolution de l'ONU correspondent à leurs intentions», a-t-il avancé. «Nous espérons que ceux qui ont une influence sur les opposants qui continuent de bombarder Damas prendront sur eux la responsabilité de les convaincre de la nécessité de mettre en oeuvre la résolution», a-t-il encore ajouté au côté de Jean-Yves Le Drian.

D'après le ministre français, qui, fait notable, a nommé clairement les groupes islamistes retranchés dans la Ghouta, ceux-ci ont toutefois écrit une missive au Conseil de Sécurité pour finalement affirmer qu'ils seraient prêts à respecter la trêve humanitaire, mais sans accepter que les civils n'évacuent l'enclave. «Il importerait que le régime de Bachar el-Assad le dise aussi», a ajouté Jean-Yves Le Drian pour faire bonne mesure.

Ce 27 février, l'ONU a néanmoins constaté la reprise des combats dans la Ghouta orientale, à proximité de Damas, malgré l'annonce par Moscou d'une trêve humanitaire quotidienne, conformément à la résolution du Conseil de sécurité du 24 février. «Nous constatons que les combats continuent alors que je vous parle, ce qui rend impossible [l'envoi de convois d'aide d'urgence]», a déclaré Jens Laerke, porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'ONU (Ocha) à Genève. 

L'agence syrienne Sana a de son côté fait état de tirs de roquettes en provenance de l'enclave rebelle, visant les couloirs humanitaires prévus pour laisser sortir les civils. Concernant les efforts russes sur le terrain afin de favoriser l'ouverture de ces corridors malgré les tirs rebelles, Jean-Yves Le Drian a sobrement salué «une avancée». «Je pense qu'il faudra aller plus loin», a-t-il encore jugé.

Lire aussi : Sur fond de crise syrienne, Jean-Yves Le Drian se rend à Moscou pour rencontrer Sergueï Lavrov

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.