Une «blackface» dans une émission chinoise provoque un tollé sur Twitter (VIDEO)

Une «blackface» dans une émission chinoise provoque un tollé sur Twitter (VIDEO)© Stringer Source: Reuters
Image du sketch controversé du show télévisé du Nouvel An chinois de la chaîne CCTV.

Une actrice chinoise grimée en Noire dans un sketch télévisé comique, sur la chaîne publique chinoise CCTV, a déclenché des accusations de racisme sur Twitter de par le monde.

Le 13 février, un show diffusé pour le Nouvel An chinois par la chaîne publique chinoise CCTV a provoqué de nombreuses réactions indignées sur le réseau social Twitter. En cause : le fait qu'une actrice chinoise, Lou Naiming, apparaisse grimée en Noire, afin d'incarner un personnage africain.  

Le spectacle annuel de printemps de CCTV, qui dure quatre heures, attire chaque année 700 millions de téléspectateurs qui apprécient ses danses, ses sketchs et chansons. Pour les besoins d'une saynète se voulant humoristique, Lou Naiming incarnait la mère d’une étudiante Africaine désireuse d’étudier en Chine, d'après l'agence Reuters. 

Les bras et le visage colorés en noir, Lou Naiming était aussi dotée de rembourrages lui donnant l'aspect d'une villageoise dodue... Alors que sa fille, jouée par une véritable Noire, lui expliquait qu'elle souhaitait étudier en Chine, l'actrice chinoise lui a lancé : «Pourquoi ne serais-je pas d’accord ? Un volontaire médecin chinois m’a sauvé la vie lorsque j’étais jeune. Maintenant de jeunes Chinois nous construisent des routes… J’adore les Chinois ! J’adore la Chine !»

Par ailleurs, le personnage de la villageoise africaine est accompagné d'un singe portant un panier sur la tête, joué par un Africain selon le New York Times (l'acteur n'est pas visible sous son costume). 

«Un "blackface" sur scène [et] un Africain pour jouer un singe !»

Les accusations de racisme ont fusé de par le monde. La blogueuse chinoise Chen Fei Tutu s’est indignée, déclarant que «la discrimination raciale était si évidente» et qu'elle était «honteuse», selon l'agence Reuters.

Une utilisatrice chinoise de Twitter, également, s'est insurgée : «Ils avaient carrément un "blackface" sur scène [et] un Africain pour jouer un singe» – provenant des Etats-Unis, le terme «blackface» renvoie à la pratique jadis employée par les acteurs blancs et qui consisteà se grimer afin d'incarner et de caricaturer les Noirs.

«Et ils disent célébrer les liens sino-africains !», s'est désolé cet utilisateur espagnol de Twitter, entre autres exemples.

Cette utilisatrice francophone de Twitter s’est émue : «Qu’on soit au Vietnam, en Chine, en Turquie, en Belgique ou je sais pas où d’autre, se déguiser en noir (blackface quoi) ça reste raciste.»

Ce compte Twitter australien s’est néanmoins étonné que ce «blackface» monopolise l’attention des réseaux sociaux, tandis que l’opinion publique mondiale resterait muette face à des politiques chinoises qu'il juge peu respectueuses des droits de l'homme.

Une publicité chinoise déjà taxée de racisme en 2016

Un autre scandale au sujet du racisme avait éclaté en 2016 en Chine, après la diffusion d'une publicité vidéo pour une lessive. On y voyait une homme noir être plongé dans une machine à laver et ressortir sous les traits d'un jeune Chinois arborant un large sourire. Le ministre chinoise des Affaires étrangères avait alors déclaré que cette réclame constituait un incident isolé et que la Chine respectait tous les pays et était en «termes fraternels» avec les pays africains.

En effet, les liens se sont considérablement resserrés entre la Chine et l'Afrique, Pékin n’ayant jamais investi autant sur le continent africain que ces quinze dernières années. En 2014, le volume des échanges commerciaux sino-africains avait atteint 220 milliards de dollars.

Lire aussi : H&M, Manix : tempête d’indignation contre des publicités jugées racistes

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter