Berlusconi promet d'expulser 600 000 migrants en Italie s'il sort vainqueur des législatives

Berlusconi promet d'expulser 600 000 migrants en Italie s'il sort vainqueur des législatives© Remo Casilli Source: Reuters
Berlusconi lors d'une apparition télévisée à Rome, le 11 janvier, illustration.

L'ancien chef du gouvernement italien poursuit son retour en politique, optant la fermeté sur la question migratoire dans l'intention de recueillir le plus de voix possible aux législatives de mars. Il promet l'expulsion de 600 000 migrants.

Avec les élections législatives italiennes dans le viseur, Silvio Berlusconi continue d'opérer son retour en politique. Revenant sur l'attaque du 3 février 2018, au cours de laquelle un homme soupçonné d'être un nationaliste a ouvert le feu et blessé six étrangers, à Macerata, l'ancien chef du gouvernement a saisi l'occasion d'une interview à la télévision italienne pour faire une promesse de campagne. Le «Cavaliere» annonce que, s'il est élu à la tête de l'exécutif en mars prochain, il expulsera 600 000 migrants. Selon lui, la politique migratoire de son successeur Matteo Renzi serait en cause.

Au cours de son intervention télévisée, l'ancien chef du gouvernement a estimé à 600 000 le nombre de migrants présents sur le territoire italien qui n'auraient «pas le droit de rester». Il a également jugé que nombre de ces derniers seraient «prêts à commettre des crimes». Selon lui, seuls 5% des migrants devraient être autorisés à rester «car réfugiés». Et d'ajouter, sans ambages : «Les autres représentent une bombe sociale prête à exploser.»

Le parti de Silvio Berlusconi, Forza Italia, fait partie d'une coalition (incluant La ligue du Nord et le petit parti Fratelli d'Italia) donnée gagnante pour les législatives du mois de mars en Italie. A 81 ans, l'ancien homme fort de l'Italie est crédité de 17% des intentions de vote (au-dessus de ses alliés de la coalition). Or, à l'issue des élections, ce sera le parti ayant recueilli le plus de voix parmi la coalition gagnante qui désignera son chef de file pour diriger l'exécutif et former un gouvernement.

Lire aussi : Référendum : les partis anti-establishment M5S et la Ligue du Nord sont-ils l'avenir de l'Italie ?

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En cliquant sur chaque option, vous pouvez contrôler l'activation ou la désactivation du dépôt des cookies et de la création des profils : le bandeau de couleur indique si le dépôt de cookies et la création de profils sont autorisés (vert) ou refusés (rouge). Les cookies techniques (cookies de session, d'authentification et de sécurité) sont indispensables au bon fonctionnement de nos services et ne peuvent être désactivés.
OK

Ce site utilise des cookies.

En poursuivant votre navigation, vous acceptez l'utilisation, de la part de RT France et de tiers, de cookies et autres traceurs à des fins de mesure d'audience, partage avec les réseaux sociaux, personnalisation des contenus, profilage et publicité ciblée. Pour paramétrer l’utilisation des cookies veuillez accéder dans la rubrique «Paramétrer vos choix» et pour plus d’informations, nous vous invitons à consulter la rubrique «Politique de Confidentialité»