Les djihadistes prêts à «poursuivre le combat en France» selon la ministre de la Défense

Les djihadistes prêts à «poursuivre le combat en France» selon la ministre de la Défense© Abd Doumany Source: AFP
Image d'illustration

Dans une interview pour Libération, la ministre des Armées, Florence Parly, redoute la volonté des djihadistes français, actuellement en Irak et en Syrie, de «poursuivre le combat en France». Elle conseille donc qu'ils soient jugés sur place.

Interviewée par Libération le 15 janvier, la ministre des Armées, Florence Parly, a maintenu la position gouvernementale concernant le sort des djihadistes français actuellement détenus en Irak et en Syrie, évoquant leur dangerosité en cas de retour sur le territoire français.

Elle a ainsi assuré que «beaucoup de ces personnes détenues sur ces théâtres continu[aient] d’affirmer leur volonté de rentrer pour poursuivre le combat en France». Une crainte qui l'amène à approuver la volonté, déjà affichée par l'Irak par le passé, de juger ces combattants sur place : «Le souhait légitime des autorités locales de juger les crimes commis sur leur territoire ne saurait être négligé», a-t-elle ainsi poursuivi. Le représentant en France du Kurdistan syrien, Khaled Issa, avait en outre déclaré à 20 minutes que les Kurdes disposaient «d’institutions compétentes respectant les normes du droit international».

Pour Florence Parly qui confirme les chiffres du ministre des Affaires étrangères Jean-Yves le Drian en décembre, il y aurait au Levant 500 à 600 djihadistes français.

Le retour des djihadistes : un casse-tête

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux avait déjà assuré le 4 janvier sur RMC que les djihadistes français arrêtés en Syrie par les Kurdes «ser[aient] jugés là-bas» tout en posant néanmoins une condition : un procès équitable devra être assuré. Les avocats des djihadistes concernés avaient estimé qu'il incombait à l'Etat français de les rapatrier pour les juger en France.

En novembre, le président Emmanuel Macron, interrogé sur France 2, avait de son côté évoqué une politique de rapatriement «au cas par cas» : «Les échanges sont permanents avec la justice irakienne. Pour les femmes et les enfants, ce sera du cas par cas, en fonction des situations. Lorsqu'ils reviennent en France, les adultes sont soumis à la justice française, sont incarcérés, seront jugés […] et pour ce qui est des enfants, ils font l'objet d'ores et déjà d'une procédure toute particulière et d'un suivi très particulier sur le plan médical et psychiatrique», avait-il assuré.

Lire aussi : «Des bonbons, des chocolats» : détenue en Syrie, la djihadiste Emilie König assure être bien traitée

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter