Un vaisseau Soyouz amène un équipage à ISS pour la première fois depuis plusieurs échecs

Le lancement du Soyouz TMA-17M sur le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan © Shamil Zhumatov Source: Reuters
Le lancement du Soyouz TMA-17M sur le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan

Une nouvelle équipe de cosmonautes a atteint la Station spatiale internationale sur un vaisseau Soyouz. C'est le premier vol piloté après les accidents des vaisseaux cargo Progress et SpaceX ces trois derniers mois.

Le vaisseau Soyouz TMA-17M avec, à son bord, un équipage de trois hommes, s'est amarré avec succès à l'ISS (Station spatiale internationale) autour de 05h46, heure de Moscou (02h46 GMT).

L'amarrage s'est déroulé en mode automatique en dépit d'un dysfonctionnement mineur qui a empêché l'un des panneaux solaires du vaisseau spatial de se déplier après la séparation du booster.

L'équipage a atteint la Station spatiale internationale en moins de six heures après que le véhicule de lancement spatial Soyouz-FG transportant le vaisseau a quitté le cosmodrome de Baïkonour, au Kazakhstan à 21h03 GMT le 22 Juillet.

Ce nouvel équipage, qui devra rester dans l'espace pour une durée de 6 mois est composé de Oleg Kononenko (Russie), Kimiya Yui (Japon) et Kjell Lindgren (Etats-Unis). Pour ces deux derniers, il s'agit du premier voyage en orbite, tandis que Kononenko s'y rend pour la 3ème fois. Il a déjà passé 391 heures en orbite et effectué trois sorties dans l'espace.

Le voyage en orbite survient après trois mois difficiles pour l'industrie spatiale mondiale, marquée par plusieurs accidents de vaisseau spatiaux.

En effet, les trois nouveaux arrivants auraient du se rendre initialement sur ISS le 26 mai dernier. Cependant, leur vol avait été reporté après que le vaisseau cargo Progress M-27M couplé à une fusée Soyouz ait brûlé dans l'atmosphère lors d'un lancement à la fin avril. Quelques semaines plus tard, une autre fusée russe, Proton-M, transportant un satellite mexicain avait dévié de son cours et également brûlé, sans jamais atteindre l'orbite.

En juin, la fusée américaine Falcon SpaceX chargée de fournitures pour ISS avait, elle aussi, failli à sa mission en explosant peu après son décollage. 

«[L'équipage] était vraiment inquiet. Chacun d'entre nous l'était : les équipes de test et de préparation, les membres du cosmodrome, tout ceux qui étaient impliqués», a indiqué à RT un vétéran du personnel de Baïkonour, Sergeï Podtikhov.

Cependant, lors de la conférence de presse d'avant le décollage, l'équipage a exprimé sa confiance dans la fiabilité et la sécurité du vaisseau spatial russe : 

«Nous avons eu deux formations sur la fusée Soyouz et nous n'avons aucune réserve sur ce vaisseau spatial», a déclaré Oleg Kononenko.

«Roscosmos, la NASA et la JAXA ont travaillé vraiment dur pour rendre notre vaisseau vraiment fiable. Donc je suis confiant et je pense que le prochain lancement sera même encore plus sûr», a déclaré Kimiya Yui.

Au cours de la mission spatiale, Oleg Kononenko mènera une expérience sur le contrôle à distance de robots au sol alors qu'il se trouve en orbite. ll s'agit d'une partie du projet russo-allemand appelé «Contour-2».

«Je commanderai à distance deux robots, l'un à Saint-Pétersbourg, l'autre à Munich. Le but de ce projet est de terminer le travail sur le contrôle à distance des robots se trouvant sur Terre», a déclaré Oleg Kononenko, cité par l'agence TASS.

Actuellement la Station spatiale internationale accueille les membres de la 44e mission spatiale, les Russes Gennadi Padalka et Mikhaïl Kornienko, ainsi que l'Américain Scott Kelly.

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

Social comments Cackle
Enquêtes spéciales