Vladimir Poutine juge offensive et agressive la nouvelle stratégie de sécurité américaine

Vladimir Poutine juge offensive et agressive la nouvelle stratégie de sécurité américaine© Kremlin Source: www.globallookpress.com
Le président russe Vladimir Poutine (photo d'illustration)

Le 18 décembre, Donald Trump a dévoilé la nouvelle stratégie de sécurité des Etats-Unis. Celle-ci, vivement critiquée par la Russie et la Chine, prévoit plusieurs axes pour préserver la domination militaire et économique des Etats-Unis.

Le président russe Vladimir Poutine a dénoncé le 22 décembre la nouvelle stratégie de sécurité américaine dévoilée par Donald Trump le 18 décembre. Le locataire de la Maison Blanche l'avait définie autour de quatre «piliers» : protéger le territoire, promouvoir la prospérité américaine, préserver la «paix par la force» et faire progresser l'influence américaine.

«[Cette] stratégie de défense a sans doute un caractère offensif, si on utilise un langage diplomatique, mais si on recourt aux termes militaires, elle a sans doute un caractère agressif», a déclaré Vladimir Poutine, lors d'une réunion avec les responsables de l'armée russe, diffusée en direct à la télévision publique.

En effet, le document, publié par la Maison-Blanche et paraphé par Donald Trump, ne fait aucun mystère des objectifs de la politique étrangère américaine. Si le président des Etats-Unis le présente comme une «vision stratégique» destinée à protéger le peuple américain ainsi que l'«American way of life», les grandes lignes concernent plutôt le reste du monde. La Russie et la Chine y sont particulièrement visées, et qualifiées de «puissances révisionnistes [remettant en cause le système international actuel]».«"America first" est le devoir de notre gouvernement et la fondation du leadership américain dans le monde», déclare ainsi Donald Trump en introduction du texte, appelant en outre à préserver la «paix par la force».

Une stratégie qui présente une menace pour le monde, selon Moscou et Pékin

Le 20 décembre, déjà, Nikolaï Patrouchev, le chef du Conseil de sécurité de la Fédération de Russie, avait présenté cette stratégie comme une «menace pour le monde». La veille, Dmitri Peskov, le  porte-parole du Kremlin, avait regretté le caractère «impérialiste» du document, dernier en date produit par la Maison-Blanche depuis février 2015, sous l'administration de Barack Obama.

De même, la Chine, par la voix du porte-parole du ministère des Affaires étrangères, avait regretté une «mentalité de guerre froide» américaine.

 

Ce 22 décembre, Vladimir Poutine a semblé adresser une réponse indirecte aux Etats-Unis : «La Russie doit être parmi les pays leaders, et dans certains domaines, un leader absolu dans la création d'une armée de nouvelle génération», a notamment déclaré le président russe.

Lire aussi : «Menace pour le monde» : le Conseil de sécurité de Russie dénonce l'hégémonisme des Etats-Unis

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.