Un ministre bruxellois se confond en excuses après avoir comparé Bruxelles à «une prostituée»

Un ministre bruxellois se confond en excuses après avoir comparé Bruxelles à «une prostituée»© VALERY HACHE Source: AFP
Image d'illustration

Comparer la ville dont on il est ministre à «une prostituée» n'était probablement pas la meilleure idée de la carrière politique de Pascal Smet, ministre bruxellois de la Mobilité. Face à l'outrage suscité par ses propos, il s'est platement excusé.

Le ministre bruxellois de la Mobilité Pascal Smet voulait sûrement bien faire lorsqu'il s'est essayé à une métaphore osée pour définir sa vision de la capitale belge et européenne, lors d'une interview audio au magazine Politico le 15 décembre. Mais il n'a visiblement pas pris la mesure des mots employés – en anglais – quand il les a prononcés.

«Je compare souvent Bruxelles à une pute, une prostituée. Parce qu’en même temps elle est belle, excitante, mais aussi très laide. C’est attirant et en même temps repoussant, c'est beau dans sa laideur et laid dans sa beauté», a-t-il déclaré. S'il a bien ajouté qu'il voulait dire par là que c'était une «ville duale» assurant même que lorsqu'on «en tombe amoureux on le reste», le mal était fait.

Ces propos n'ont en effet pas manqué de vivement faire réagir en Belgique, jusqu'au Premier ministre Charles Michel. Pour ce dernier, cette comparaison avec une fille de joie est le signe d'un manque de respect envers la ville et ses habitants. «Le mépris et les injures de Pascal Smet sont inacceptables», a-t-il affirmé sur Twitter.

Le ministre-président du gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, supérieur direct de Pascal Smet, a pour sa part appelé à arrêter le «Bruxelles bashing», qui plus est en provenance d'un membre de son gouvernement.

Pour la députée du Parti socialiste belge Laurette Onkelinx cette déclaration est en outre un affront aux personnes qui se prostituent, «qui ont aussi droit au respect». «Le mépris de Pascal Smet pour elles est odieux», a-t-elle lancé.

Face à l'outrage généralisé, Pascal Smet s'est platement excusé, estimant que sa comparaison était «inappropriée».

Lire aussi : Incitation à la prostitution ? En Belgique, un site met en lien étudiantes et hommes riches

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.