Porc abattu portant l'inscription «Soros»: la photo d'un élu hongrois du parti d'Orban fait scandale

Porc abattu portant l'inscription «Soros»: la photo d'un élu hongrois du parti d'Orban fait scandale© Capture d'écran Facebook, @Pócs János
Des villageois hongrois devant un porc portant l'inscription polémique : «Ö VOLT A SOROS!!!».

Le parlementaire ayant posté une photo de porc portant l'inscription «O VOLT A SOROS!!!», a réfuté toute référence à Georges Soros – ces mots pouvant être traduits : «C'était son tour». Difficile néanmoins de ne pas y voir un sous-entendu politique.

La publication sur Facebook n'a pas manqué de faire scandale. Le 9 décembre sur Facebook, Janos Pocs, parlementaire du parti Fidesz (le parti au pouvoir en Hongrie), a posté une photographie d'un groupe d'habitants du village hongrois de Jaszivany, aux pieds desquels gît un porc mort, sur lequel est écrit en grandes lettres : «O VOLT A SOROS!!!». Des mots qui, selon l'agence Bloomberg, peuvent se traduire par «C'était son tour» mais aussi par «C'était Soros». 

«Bon appétit !», commente l'élu du parti de la majorité présidentielle sur Facebook.

Selon The Hungary journal, la publication sur le réseau social est parvenue à susciter de nombreux commentaires indignés, ainsi que des articles dans des médias américains tels que le New York Times ou le Miami Herald. Ceux-ci rapportent que l'Open Society Foundations de Georges Soros voient dans le message inscrit sur le porc une attaque antisémite contre ce dernier.

D'après le Hungary Journal toujours, Janos Pocs a justifié sa publication (non supprimée le 9 décembre en début d'après-midi), en arguant qu'il n'avait pas lui-même pris la photo, mais qu'elle lui avait été envoyée par des amis à l'issue d'un abattage de porcs. Le parlementaire a en outre assuré que cela n'avait rien à voir avec le milliardaire américain d'origine hongroise Goerges Soros, car les mots inscrits sur l'animal mort faisaient uniquement référence à l'expression utilisée par les éleveurs pour désigner une bête à abattre.

Lire aussi : «Le côté obscur de la force» : Orban évoque Star Wars pour parler de «l'invasion de migrants» en UE

Un clin d’œil aux campagnes gouvernementales contre l'influence de Georges Soros ?

S'il est impossible de sonder les intentions de l'élu, il est à noter que cette polémique survient à quelques mois des élections législatives hongroises, prévues pour le printemps 2018, alors que le Premier ministre Viktor Orban dénonce régulièrement l'influence de Georges Soros dans son pays.

L'inimitié entre le chef du gouvernement hongrois et le milliardaire américain d'origine hongroise est profonde : en juillet dernier, Viktor Orban avait accusé ce dernier de vouloir fomenter le projet d'une «nouvelle Europe musulmane», ajoutant que Bruxelles était «sous l'influence de George Soros». Celui-ci, de son côté, s'était dit «bouleversé» par une campagne d'affichage financée par le gouvernement hongrois pour dénoncer son influence dans son pays d'origine, campagne qu'il avait qualifiée d'«antisémite».

Autre exemple de ce duel politique : le Parlement hongrois a adopté le 13 juin la loi renforçant le contrôle sur les ONG bénéficiant de fonds étrangers, une disposition critiquée par l'Union européenne et l'ONU et visant en particulier les organisations soutenues par George Soros.

Lire aussi : Le milliardaire George Soros a financé des associations et un responsable de la Women's March

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter