Yémen : l'ex-président Saleh tué par les rebelles houthis, son parti confirme (PHOTO, VIDEO)

Yémen : l'ex-président Saleh tué par les rebelles houthis, son parti confirme (PHOTO, VIDEO)© Khaled Abdullah Source: AFP
L'ex-président yéménite Ali Abdallah Saleh

L'ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh a été tué dans une attaque menée par des rebelles houthis. Des images de son corps sans vie sont apparues sur internet. Les rebelles chiites ont dans la foulée annoncé la reprise de Sanaa.

La chaîne de télévision des Houthis, Al-Massirah, annonce ce 4 décembre que l'ex-président yéménite Ali Abdallah Saleh a été tué dans une attaque armée menée par les rebelles chiites. Ceux-ci ont attaqué le véhicule de l'ancien chef d'Etat au lance-roquette au sud de la capitale Sanaa avant de le tuer par balle. Si l'information avait dans un premier temps été démentie par le Congrès général du peuple yéménite, le parti d'Ali Abdallah Saleh, une dirigeante de la formation, Faïka al-Sayyed, l'a confirmée à l'AFP.

Sur les réseaux sociaux, une vidéo amateur sur laquelle on peut voir le cadavre d'Ali Abdallah Saleh, transporté dans un drap, est apparue.

ATTENTION LES IMAGES SUIVANTES PEUVENT HEURTER LA SENSIBILITE

© AFP
Capture d'écran d'une vidéo montrant le cadavre d'un homme présenté comme l'ancien président du Yemen Ali Abdallah Saleh

Quelques heures plus tôt, plusieurs témoignages ont fait état d'une explosion survenue au domicile de l'ancien président yéménite Ali Abdallah Saleh, dans la capitale Sanaa. L'attaque est due aux rebelles, dont le leader Abdul Malik al-Houthi s'est réjoui d'une victoire contre les «forces d'agression», se référant à la coalition menée par l'Arabie saoudite dans le pays contre les Houthis chiites.

Vers la victoire des Houthis ?

Le ministère de l'Intérieur, contrôlé par les rebelles, a annoncé «la fin de la milice de la trahison» et a confirmé également la mort d'Ali Abdallah Saleh, ainsi que celle d'«un certain nombre de ses éléments criminels» dans un communiqué cité par la chaîne de télévision des Houthis, Al-Massirah.

Quelques instants plus tard, le même ministère a annoncé que la capitale, Sanaa, était sous contrôle des combattants chiites selon les médias locaux, annonçant la «fin de la crise».

De violents combats ont éclaté à Sanaa ces derniers jours, tandis que les frappes de la coalition menées par l'Arabie saoudite se poursuivent, ciblant les positions des rebelles houthis. Ce 4 décembre, ces derniers ont mis en difficulté les partisans de l'ancien président Ali Abdallah Saleh, avec lequel ils étaient alliés jusqu'à un récent revirement. En effet, s'ils combattaient côte à côte contre les partisans du président Abdrabbo Mansour Hadi, soutenu par Riyad, leur entente à volé en éclat le 29 novembre dernier. Depuis, les deux camps s'affrontent, amorçant un nouveau conflit dans le conflit en cours depuis 2015.

Lire aussi : Les Saoudiens affirment avoir intercepté un missile balistique tiré du Yémen

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.