Esclavage en Libye : Tripoli ouvre une enquête, Alpha Blondy appelle à «assiéger» les ambassades

- Avec AFP

Esclavage en Libye : Tripoli ouvre une enquête, Alpha Blondy appelle à «assiéger» les ambassades© MAHMUD TURKIA Source: AFP
Centre libyen de rétention pour migrants africains en vue d'un rapatriement, illustration

Le gouvernement libyen d'union nationale a déclaré avoir ouvert une enquête pour actes inhumains, alors que les appels à l'action de diverses personnalités se sont multipliés après la diffusion d'un reportage sur la vente d'esclaves à Tripoli.

Le gouvernement libyen d'union nationale (GNA), évoquant des actes «inhumains», a affirmé le 19 novembre qu'une enquête avait été ouverte sur des cas d'esclavage près de la capitale, Tripoli, après la diffusion d'un documentaire sur la chaîne américaine CNN dévoilant des pratiques d'esclavage.

Le gouvernement suit «avec grande attention les rapports des médias sur l'exploitation des migrants clandestins par des criminels», selon un communiqué du ministère des Affaires étrangères. Les faits décrits, qualifiés d'actes «inhumains et contraires à la culture et aux traditions du peuple libyen [...] font l'objet d'une enquête», toujours d'après le communiqué. «Si ces allégations sont confirmées, toutes les personnes impliquées dans ces crimes seront punies», a encore promis le ministère.

La Libye met en garde «contre les solutions internationales superficielles»

Tout en rappelant «son engagement total et clair» envers la charte des Nations unies, ainsi que son attachement aux textes criminalisant le commerce des personnes, Tripoli a toutefois critiqué la position des pays de la région sur le dossier.

«La Libye met en garde [...] contre les solutions internationales superficielles et stériles qui font en réalité obstacle à ses efforts pour endiguer ce phénomène, ouvrant la voie aux réseaux du crime organisé», a averti le ministère des Affaires étrangères.

L'idée d'installer des centres d'accueil en Libye avait été avancée fin août, lors d'un mini-sommet à Paris, en présence de pays européens, du Niger ou encore du Tchad. Elle avait toutefois été abandonnée du fait de l'insécurité persistante dans le pays.

Précédemment, le vice-premier ministre du gouvernement libyen d'union nationale, Ahmed Metig, avait déjà publié un communiqué sur Facebook pour exprimer «son mécontentement» quant à «la réapparition du commerce d’esclaves dans la banlieue de Tripoli».

Ahmed Metig avait fait savoir qu'il chargerait «une commission d'enquêter sur ces informations de presse afin d'appréhender et soumettre les responsables à la justice.»

Marché aux esclaves : le reportage qui a mis le feu aux poudres

Un récent reportage de CNN montrant des migrants vendus aux enchères en Libye, et largement partagé sur les réseaux sociaux, a provoqué une forte émotion, suscitant des réactions indignées en Afrique et au sein des Nations unies. On y voit notamment, sur une image de mauvaise qualité prise avec un téléphone portable, deux jeunes hommes. Le son est celui d'une voix mettant aux enchères «des garçons grands et forts pour le travail de ferme. 400... 700...», avant que la journaliste n'explique : «Ces hommes sont vendus pour 1 200 dinars libyens - 400 dollars chacun.»

Le 18 novembre, un millier de personnes avait manifesté à Paris devant l'ambassade de Libye à l'appel du Collectif contre l'esclavage et les camps de concentration en Libye (CECCL) afin de dénoncer les cas d'esclavage en Libye, selon la préfecture de police.

«Libérez nos frères», «Libérons l'Afrique», «Nous sommes noirs, nous sommes humains !» pouvait-on entendre comme autant de slogans proférés devant la représentation libyenne, alors que le rassemblement se déroulait dans une ambiance pacifique mais déterminée. Quelques affrontements ont ensuite eu lieu sur les Champs-Elysées entre les manifestants et la police.

Alpha Blondy appelle à assiéger les ambassades de Libye dans le monde entier

Parmi les appels à manifester, celui du chanteur de reggae et activiste politique ivoirien Alpha Blondy, qui s'est exprimé le 17 novembre dans une vidéo devenue virale sur Facebook.

Le célèbre musicien s'adressait à tous les présidents de l'Union africaine en ces termes : «Nous, peuples africains qui comptions sur vous pour nous défendre et pour nous protéger, nous sommes surpris et stupéfaits par votre silence devant la situation révoltante, humiliante et inacceptable que vivent vos ressortissants, nos frères, nos sœurs, nos fils et nos filles vendus comme esclaves en Libye.»

Face à l'absence de réponse politique, Alpha Blondy en appelle à la société civile : «Je vous demande d'assiéger toutes les ambassades libyennes dans vos pays respectifs, jusqu'à la libération totale de tous les captifs en territoire Libyen.» Le soir du 19 novembre, son message vidéo avait été visionné plus d'un million de fois.

Lire aussi : Libye : CNN filme une enchère aux migrants, vendus comme esclaves pour 400 dollars (VIDEO CHOC)

Raconter l'actualité

Les opinions, assertions et points de vue exprimés dans les commentaires sont le fait de leur auteur et ne peuvent en aucun cas être imputés à RT.